Chapitre 1 : Dans la brume


Il te reste moins d’une minute, gamin. Passé ce délai, je te tuerai moi-même.

Joshua serra les dents et toisa ses deux derniers adversaires. Le premier, le plus proche de lui, était un prisonnier troll que la milice locale avait capturé au cours d’une patrouille nocturne. Équipé d’une massue de pierre grossièrement taillée, la créature difforme balançait son bras devant elle en espérant atteindre sa cible. Mais son pas maladroit et ses mouvements beaucoup trop lents ne suffisaient pas à inquiéter le jeune Elfe des Marais.

D’un seul bond, ce dernier fondit sur son ennemi et logea ses deux lames incurvées entre les deux omoplates du troll. La vie lui échappa instantanément et il s’effondra lourdement au sol, s’ajoutant aux trois autres corps qui avaient subi le même châtiment.

– Trente secondes…

– Impossible ! s’insurgea Joshua en détournant son attention du combat. Il m’a fallu moins de dix secondes pour éliminer celui-ci !

Un éclat de glace siffla alors bruyamment près de son oreille gauche, le ramenant à la réalité du combat mortel qu’il devait livrer. Sa dernière opposante était une Humaine, plus petite que lui de vingt centimètres. Même dans la brume des marécages, sa peau renvoyait un léger reflet doré qui contrastait à merveille avec sa chevelure brune. Cette femme lui parut soudain plus vivante que tous les êtres qu’il côtoyait au quotidien. Il pouvait sentir la chaleur émaner de tout son corps et la détermination animer ses beaux yeux bleus. Pourquoi devait-il la tuer ?

Un second éclat, plus rapide que le précédent, transperça l’épaule droite du jeune Elfe sombre avant de se disperser dans l’air. La douleur acheva de le ramener à la réalité et c’est sans effort qu’il évita les deux assauts suivants.

– De la magie… murmura Joshua sans quitter l’Humaine du regard.

Piqué par la curiosité, il s’avança lentement vers la jeune magicienne. Cette dernière disparut alors en un éclair et, dans la même seconde, se matérialisa derrière le cadavre du troll. Elle tendit le bras devant elle et souffla quelques mots. Les lames elfiques, encore figées dans le corps inerte de la créature, se mirent à vibrer avec intensité puis s’élevèrent lentement dans les airs.

Agere !

D’un même mouvement, les deux lames furent propulsées à une vitesse incroyable en direction de Joshua. Mais c’était loin d’être suffisant pour tromper les sens aiguisés du jeune Elfe. Dès le début de ce qui semblait être une incantation, il s’était déjà retourné et élancé en direction de son adversaire. Et lorsque ses propres armes parvinrent à sa portée, il bondit en avant en effectuant une vrille avec son corps. Sa main gauche se referma sur la garde de sa lame et il la renvoya à son tour en direction de la magicienne, lui perforant le cœur. La jeune femme écarquilla les yeux sous l’effet de la surprise puis s’effondra à son tour, morte.

– Eh bien, ce n’est pas trop tôt ! railla l’instructeur qui avait assisté au spectacle. Il ne te restait plus que deux secondes avant que j’intervienne.

Mais Joshua ne l’écoutait pas. Son attention était portée sur l’Humaine à qui il venait d’ôter la vie. Cette femme était sans doute de l’une de ces jeteuses de sorts dont les Anciens lui avaient si souvent parlé au cours de son enfance.

Tôt dans leur éducation, les Elfes des Marais étaient tenus de suivre des cours détaillés sur l’histoire de leur peuple et sur les relations tendues que celui-ci entretenait avec les autres races dans le monde. On leur apprenait notamment qu’ils étaient les seuls être vivants encore purs à ce jour. Leurs anciens frères, les Elfes des Forêts, avaient fini par s’abandonner quelques siècles plus tôt à une source d’énergie corrompue pour accroître leur emprise sur les autres : la magie. Tout ceux qui avaient préféré rester à l’écart de ce nouveau pouvoir s’étaient retrouvés bannis de leur propre patrie. Condamnés à fuir, ils s’étaient finalement regroupés au cœur des Marécages Oubliés, une terre hostile recouverte de brumes où sommeillaient des créatures cauchemardesques.

Dans ce nouvel habitat, ils durent apprendre à survivre malgré l’omniprésence du danger. Au fil du temps, leurs mouvements se firent plus discrets, leurs sens naturellement aiguisés se développèrent davantage et leur condition physique s’améliora considérablement. Leur physionomie elle aussi s’en retrouva altérée : leur peau autrefois claire et pâle devint sombre comme l’ardoise et leurs cheveux ainsi que leurs yeux, à l’inverse, prirent une teinte argentée.

Très vite, les Elfes des Marais s’attachèrent à leur nouveau foyer et se partagèrent l’immense territoire de manière équitable. Ils construisirent chacun leur habitat avec les matériaux naturels à leur disposition et vécurent ainsi pendant plusieurs décennies, totalement libres de leurs mouvement et de leurs actions.

– La leçon est terminée, gamin. Rentre chez toi et soigne ton épaule, ton sang est précieux…

Sur ces mots, l’instructeur tourna les talons et Joshua le vit disparaître derrière les gradins de l’arène dans laquelle il se trouvait. Trois mois s’étaient déjà écoulés depuis le début de son entraînement d’assassin. Chaque jour, à l’heure du crépuscule, il se retrouvait confronté à une série de dangereux adversaires et avait pour tâche de les éliminer les uns après les autres dans un délai imparti.

Lors de sa première séance, il avait dû faire face à une Elfe des Forêts de son âge. Comment s’était-elle retrouvée au cœur des Marécages Oubliés ? Joshua n’avait jamais obtenu de réponse à cette question. Mais à ce jour encore, il en conservait un douloureux souvenir. Pendant près de vingt minutes, leurs lames s’étaient entrechoquées à une vitesse impressionnante et leurs mouvements s’étaient synchronisés avec une précision chirurgicale. Pour la toute première fois de sa jeune vie, il avait pris un réel plaisir à combattre. Sa jeune adversaire était pleine de fougue et ne lui avait laissé aucune ouverture. À jeu égal, la limite de temps avait été franchie. Et l’instant d’après, un carreau d’arbalète était venu se loger dans la poitrine de l’Elfe des Forêts.

Un silence pesant était alors tombé dans l’arène, et un froid glacial s’était répandu dans le corps de Joshua, effaçant irrémédiablement le plaisir ressenti quelques secondes plus tôt. Longtemps, il était resté debout, figé au centre de cette geôle qui allait devenir son quotidien. Il n’avait pas bougé quand ses semblables étaient descendus pour emporter le corps de son incroyable adversaire. Il n’avait pas non plus crié lorsque son instructeur, l’arbalète toujours en main, lui avait cassé le bras droit en conséquence de son échec. La lueur qui avait jusque-là animé son regard venait de s’éteindre, et plus rien n’avait d’importance.

Indifférent au sang qui s’écoulait encore de sa plaie à l’épaule, Joshua chassa d’un bref mouvement de tête ses pensées inutiles et s’avança vers le corps de la magicienne. Cette dernière n’avait pas eu le temps de souffrir. Figée dans le repos éternel, elle semblait au contraire paisible.

Le jeune Elfe sombre se laissa tomber à genoux sur le sol marécageux de l’arène. Les dents serrées sous l’effet de la douleur, il plongea sa main droite dans la boue et ferma les yeux. Ses pensées se dirigèrent vers l’Humaine, et il la remercia en silence pour le courage dont elle avait fait preuve lors de leur combat. C’était pour lui une manière de rendre hommage à ceux qui se battaient avec honneur. A ceux qui ne méritaient pas de mourir dans une arène.

Tandis qu’il s’apprêtait à tracer une ligne verticale sur le front de la jeune femme pour sceller son rituel, un curieux détail détourna son regard. Au bout d’une fine chaîne en or pendait un étrange petit talisman. Il s’agissait d’un simple cercle de métal bleu nuit à l’intérieur duquel flottait un croissant de lune argenté. A la simple vue de l’objet, le visage de Joshua blêmit. Il ne connaissait qu’un seul exemplaire de cet objet. Et il ornait habituellement le cou de sa petite sœur…

*****************

– Chloé  !

Là où les créatures de l’ombre laissaient toujours de profondes empreintes, Joshua se déplaçait avec une telle aisance qu’il semblait flotter au-dessus du sol marécageux. Tendu par la concentration, ses deux lames elfiques se balançant dans leur fourreau au rythme de ses pas, il ne parvenait pas à se défaire de son trouble.

Une semaine avant de mourir, sa mère avait transmis à sa fille ce pendentif si particulier qui était, à ne pas en douter, de nature magique. La petite sœur de Joshua, alors âgée de six ans, avait fait le serment de le garder auprès d’elle en toute circonstance. Sept années s’étaient écoulées depuis ce jour, et la jeune Elfe honorait toujours sa promesse. Parfois, il lui arrivait même de demander à son frère de se joindre à elle pour rendre hommage à leur défunte mère à travers l’étrange talisman. Et si ce dernier acceptait volontiers toutes les requêtes de sa sœur, il n’attachait en réalité aucun crédit à l’objet qui, à ses yeux, n’était rien de plus qu’une babiole.

Mais cette babiole s’était retrouvée aux mains de l’ennemie. Comment cette magicienne avait-elle pu s’en emparer ? Elle était détenue prisonnière depuis plusieurs jours et n’avait quitté sa cellule que pour mourir dans l’arène. De plus, les dispositifs anti-magie utilisés par les Elfes des Marais étaient trop efficaces pour être contournés.

Joshua fronça les sourcils à cette dernière pensée. Il ne connaissait pas la véritable nature de ces dispositifs, mais restait persuadé que la magie ne pouvait être annulée que par une magie plus puissante. Pourtant, son utilisation était prohibée parmi son peuple. Pire encore, le simple fait d’y faire allusion pouvait être une raison suffisante pour finir au cachot. Se pouvait-il que les Anciens aient tout de même décidé d’y recourir, enfreignant ainsi leurs propres lois ? Il ne le saurait jamais. Et s’il s’aventurait à poser cette question en public, il se ferait exécuter sur-le-champ.

– Chloé ! Est-ce que tu es là ?

Joshua aperçut son domicile au loin et accéléra d’autant plus le pas. Les Elfes des Marais vivaient dans de petites cabanes, essentiellement composées de boue et de bois, à l’intérieur desquelles il faisait bon vivre malgré l’humidité ambiante. De telles habitations pouvaient sembler fragiles, mais certaines témoignaient déjà de plusieurs décennies d’existence.

Les marécages étaient si vastes que chaque Elfe était libre de choisir l’emplacement de sa maison. Et si beaucoup d’entre eux préféraient se regrouper en petits villages pour profiter des talents de leurs voisins, d’autres faisaient le choix s’isoler pour mener une vie plus autonome. Joshua appartenait à cette seconde catégorie, et il avait lui-même construit sa cabane pour y vivre avec sa sœur, peu après la mort de leur mère.

Vue de l’extérieur, la bâtisse ne payait pas de mine. Ses murs irréguliers laissaient penser qu’elle pouvait s’écrouler à tout moment et le lierre devenait si envahissant que la nature semblait avoir repris ses droits sur ce lieu depuis des années.

En revanche, rien ne pouvait justifier la présence de la porte d’entrée au sol, entièrement brisée.

– Non… souffla le jeune Elfe en sentant son cœur se serrer dans sa poitrine.

Les pensées les plus sombres se bousculèrent dans sa tête tandis qu’il entra silencieusement dans la demeure. A tout moment, il s’attendait à voir surgir un ennemi dans l’ombre. Ou pire, trouver le corps sans vie de sa petite sœur.

L’intérieur était dévasté, comme si un ouragan particulièrement violent avait soufflé tout ce qui s’y trouvait. La petite table rectangulaire sur laquelle il préparait chaque soir le dîner était en pièces. Le lit qu’il avait taillé dans du bois de peuplier pour l’offrir à sa petite sœur était lui aussi éventré. Mais le plus inquiétant était sans nul doute le tronc d’arbre majestueux qui se dressait au centre de l’unique pièce.

– Grand frère ?

D’un geste vif, Joshua s’empara de ses deux lames et se retourna. Sa petite sœur se tenait debout, quelques mètres devant l’entrée, et ses fines lèvres étaient retroussées en une moue gênée.

Chloé n’avait rien en commun avec ses semblables. Contrairement à la plupart des autres Elfes, grandes et élancées, elle ne mesurait pas plus d’un mètre soixante-dix. Mais le plus choquant dans son apparence était sans doute la couleur turquoise de ses cheveux. Sa peau légèrement halée suscitait elle aussi les rumeurs les plus étranges, d’autant plus que la jeune Elfe ne s’exposait jamais au soleil. Enfin, ses yeux avaient la couleur de l’améthyste, à l’image de ceux de son frère. Ce détail était d’ailleurs le seul à pouvoir justifier qu’ils appartenaient à la même famille.

Son caractère lui aussi était particulier. Si les Elfes des Marais étaient habituellement taciturnes, Chloé ne pouvait s’empêcher de commenter tout ce qu’elle observait au quotidien. Débordante d’énergie en toute occasion, elle s’émerveillait de la vie qui l’entourait et pouvait passer des heures à contempler la nature sans jamais se lasser.

Et comme si ce n’était pas suffisant, elle était sensible à la magie.

– Désolée, bredouilla-t-elle face à l’expression menaçante de ce dernier. Il y avait cette petite pousse verte qui ne demandait qu’à sortir, alors j’ai voulu l’encourager…

La situation aurait pu être amusante si elle n’était pas aussi grave. Joshua était vraiment préoccupé par cette magie incontrôlable qui ne cessait de croître au quotidien. Pendant des années, sa mère avait insisté sur l’importance de garder le secret sur les précieux pouvoirs de sa fille. Et l’ironie du sort voulut qu’elle perde finalement la vie à cause de cette magie qu’elle avait tant défendue.

Malgré cela, le jeune Elfe avait honoré la mémoire de sa mère en préservant le secret et en protégeant du mieux possible sa petite sœur. Mais il était bien conscient que ça ne pourrait durer éternellement. Ses pouvoirs finiraient tôt ou tard par être découverts, et la sentence serait immédiate. Il n’y avait aucune place pour la magie en ce monde.

– Viens, on s’en va, répondit-il simplement.

Sans se retourner, Joshua rangea ses lames elfiques dans leur fourreau et sortit de sa demeure en ruines. Il s’avança vers sa petite sœur, prit sa main dans la sienne et commença à s’éloigner sans prononcer un mot.

– On va visiter de nouvelles contrées ? demanda Chloé avec enthousiasme.

Joshua lui adressa un regard foudroyant, lui indiquant clairement qu’elle ferait mieux de se taire jusqu’à nouvel ordre, ce à quoi elle répondit par un vague haussement d’épaules. Cela suffit à adoucir le jeune Elfe qui se détendit légèrement, sans toutefois se départir de son air soucieux.

– Il y a de nombreuses sentinelles postées aux frontières de notre territoire, répondit-il finalement dans un murmure à peine audible. Nous aurons du mal à partir d’ici.

– Pas si je vous téléporte tous les deux, lança alors une voix amusée.

Contre toute attente, une fine silhouette se matérialisa sous leurs yeux dans un léger scintillement. La jeune Humaine que Joshua pensait avoir tuée quelques instants plus tôt leur adressait un sourire, plus vivante que jamais…


 


8 réactions pour Chapitre 1 : Dans la brume

  • Votre MJ  dit:

    ça y est, je me mets à la lecture 😛

    • Emmanuel Del Canto  dit:

      Et bah il était temps !

  • Patrick  dit:

    Premier chapitre intéressant, on sent du gros potentiel même si Joshua c’est vraiment un prénom d’merde, ouai bon ça va je déconne !
    Plus sérieusement, phrases bien travaillées, chapitre bien construit, on sent les intrigues arriver sans tomber dans un truc bateau sans voile juste ennuyant à lire.
    Donc je m’empresse de lire le second chapitre quand j’aurais fini de manger ma tarte au citron ( ya quand même des priorités ) et lire la deuxième autrice qui participe à ce concept sympa et original.

    J’vous aime l’monde !

  • L. W.  dit:

    Bonsoir ! J’suis obligée de poster un p’tit quelque chose, c’est pas tous les jours qu’on tombe par hasard sur de l’heroic fantasy française.
    Joshua me rappelle un peu l’elfe noir Drizzt de Donjons & Dragons, je ne sais pas si l’auteur s’en est volontairement inspiré mais j’espère qu’il saura s’en détacher un peu pour la suite (je rédige cet avis sans avoir lu les autres chapitres).
    Ça m’plaît bien quand même, suffisamment pour lire la suite. J’ai cru comprendre en voyant le site que l’auteur change un chapitre sur deux, c’est un concept sympa. Bonne écriture à tous les deux !

  • Arnaud Godet  dit:

    C’est super ! J’aime bien le fait de garder le suspens ça donne envie de lire la suite. Le scénario est crédible et j’aime le fait que beaucoup de questions sont laissées sans réponse. Par ex : Qui est la magicienne? Pourquoi n’est elle pas morte? Comment vont ils s’échapper? Que vont ils faire une fois échappés?

    • Patrick  dit:

      De la tarte au citron !!!!

      • Raphaëlle  dit:

        Et pourquoi pas ? 🙂

      • Emmanuel Del Canto  dit:

        Je note.
        Il y aura forcément un moyen d’intégrer une tarte au citron, et puis ça fera plaisir à Rosaline.

Donnez votre avis !

Vous pouvez utiliser les balises HTML et attributs suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>