Chapitre 3 : Ascensia


La salle de réunion de la Grande Académie des Mages était particulièrement animée, ce jour-là. Pour cause, les six représentants du Haut Conseil s’étaient exceptionnellement réunis autour d’une table pour débattre d’un sujet particulièrement sensible.

– Aïdelyn s’en est sortie, annonça sombrement l’un d’entre eux, un Humain de grande taille dont le visage était dissimulé derrière un masque peu engageant.

L’Elfe des Forêts qui se tenait à sa droite esquissa un léger sourire.

– Allons Mercurios, répondit-elle d’une voix doucereuse, vous pourriez dissimuler davantage votre enthousiasme lorsque vous évoquez notre chère directrice…

– Tu peux parler, Danà. Tu ne perds jamais l’occasion de répandre ton sale venin.

La dénommée Danà adressa un regard mauvais au deuxième Humain qui venait de prendre la parole, à l’autre bout de la salle. Avachi sur son siège, les deux pieds sur la table, ce dernier contrastait fortement avec les cinq autres représentants. Premièrement, il était plus jeune qu’eux et aurait presque pu se confondre avec les initiés qui n’avaient pas encore complété leur formation. Ensuite, son attitude détachée suscitait un sentiment de révolte parmi ses pairs qui, contrairement à lui, abordaient la situation avec une tension presque palpable.

– Allons, calmez-vous ! couina une petite voix autoritaire. Alrick, sauras-tu un jour te tenir ?

Tous les regards convergèrent vers la petite créature qui venait de s’exprimer. Haute de quatre-vingt centimètres, elle dominait pourtant toute l’assemblée en faisant léviter son siège à plus d’un mètre du sol. Son visage ridé reflétait le poids des âges, mais ne ternissait en rien la lueur d’intelligence qui brillait au fond de son regard.
D’un simple geste de la main, elle força le jeune Humain à se redresser sur son siège et reprit le fil de la conversation comme si de rien n’était.

– J’ai également ressenti l’aura de Dame Aïdelyn à nouveau, ainsi que celle d’une autre personne. Cela ne peut signifier qu’une seule chose…

– Qu’elle est douée en plus d’être jolie ? proposa Alrick sur un ton neutre.

– Sa mission est un succès, acheva la petite créature sans accorder la moindre attention à l’Humain. Elle a quitté les Marécages Oubliés, et l’enfant est avec elle.

Un silence pesant envahit la salle, plongeant les représentants du Haut Conseil dans une intense réflexion. Après plusieurs minutes qui semblèrent durer une éternité, l’un d’entre eux, dont la carrure était similaire à celle d’un troll, décida d’intervenir.

– Si ce que vous dîtes est vrai, Maître Vuin, cela signifie que l’Académie accueillera bientôt en son sein l’émissaire de l’Eau. Sommes-nous vraiment préparés à cela ?

Alrick poussa un bruyant soupir, signe que la conversation qui allait suivre serait d’un ennui mortel.
Depuis que les Oracles du département de Recherche avaient énoncé une nouvelle prophétie, toute l’Académie était en ébullition. L’interprétation de ces prophéties, qui devenaient assez courantes ces dernières années, avait généralement pour finalité le salut du monde. C’était en tout cas de cette façon que la chose était présentée à la population.
Le jeune Humain, quant à lui, pensait qu’il ne s’agissait que d’un vulgaire prétexte pour soutirer toujours plus d’argent à d’honnêtes travailleurs qui se tuaient déjà à la tâche. Car pour financer l’accomplissement de ces prophéties, le Haut Conseil n’hésitait pas à imposer de nouvelles taxes aux habitants. Et pour lui qui avait jadis grandi dans la pauvreté, c’en était révoltant.

– Ce n’est qu’une petite fille, Kalek, railla une vieille Humaine assise à la gauche d’Alrick, ramenant ce dernier à la réalité. Elle se pliera à notre volonté.

Joignant la parole aux gestes, elle matérialisa devant elle une petite poupée de chiffon.

– Anima… susurra-t-elle d’une voix rauque.

Sous le regard curieux mais méfiant de l’assemblée, une ombre inquiétante enveloppa la poupée. L’instant d’après, celle-ci se redressa sur ses jambes avant de se diriger machinalement vers le Maître Vuin. Alors, elle courba l’échine en signe de soumission.

– Voyez comme elle est docile, commenta la vieille magicienne en affichant un sourire édenté.

Elle fit répéter à sa marionnette la même séquence de mouvements devant les quatre autres membres du Haut Conseil, puis la ramena devant elle. Cette fois, elle ne la fit pas bouger.

– Oh ? Tu n’as plus envie de te soumettre, petite fille ? questionna-t-elle en lançant un regard mauvais à la poupée de chiffon. Dans ce cas, disparais !

Suite à quoi la marionnette prit feu, avant de se consumer complètement. Sa créatrice éclata alors de rire, une lueur un peu folle dans le regard. Tous ceux qui avaient assisté au spectacle affichaient une expression de dégoût sur leur visage, à l’exception de Mercurios, qui ne laissait toujours rien transparaître derrière son masque.

– Tu es complètement cinglée, ma vieille, commenta Alrick en brisant le silence qui venait à nouveau de s’installer.

– C’est répugnant, Lynrel ! gronda Kalek d’une voix puissante. Il est inutile de faire étalage de tes pouvoirs morbides en ce lieu, tout le monde ici les connaît. Et sache que cette jeune fille est vouée à accomplir de grandes choses. Elle sera sous notre protection avant tout !

La conversation gagna une nouvelle fois en intensité. Même s’ils n’étaient que six, établir un simple dialogue semblait relever de l’utopie. Tous voulaient faire entendre leur point de vue, et il n’en ressortait finalement qu’un flot intarissable de paroles incompréhensibles.
Danà et Lynrel insistaient toutes les deux sur l’importance de contrôler cette jeune fille qui allait rejoindre l’Académie, tandis que Kalek et Vuin pensaient avant tout à son épanouissement. Alrick, de son côté, essayait de détendre l’atmosphère en plaisantant sur la faible dentition de la vieille magicienne, mais personne ne l’écoutait.
Seul Mercurios parvint à détourner l’attention générale sur un autre problème.

– Il paraît que cette gamine a un frère, déclara-t-il. Si Aïdelyn n’a pas mis un terme à son existence, il pourrait se retrouver libre sur nos terres. Ce serait un véritable désastre.

Personne ne vint le contredire, pas même Vuin qui était sans doute le plus pacifiste d’entre eux. Un Elfe des Marais n’avait effectivement pas sa place en ce monde.

– Enfin un peu d’action ! lança joyeusement Alrick en se levant. Restez bien assis, je m’en charge…

*****************

Joshua avait du mal à contenir sa rage, tant il bouillonnait de l’intérieur.
Attablé tout au fond d’une taverne en compagnie de sa petite sœur et d’une magicienne dont il ne connaissait même pas le nom, il avait le sentiment d’être pris au piège. La chaleur du lieu et le bruit ambiant qui y régnait n’arrangeaient rien à cela, et la cape avec capuche qu’il était contraint de porter n’allait pas tarder à le rendre fou.

– Ne fais pas cette tête, lança Chloé avec un large sourire. Tu es très beau comme ça !

Le jeune Elfe préféra ne pas relever et songea une nouvelle fois à la manière absurde dont il s’était retrouvé dans cette situation. Après son apparition inattendue dans les marais, la magicienne avait soigné sa blessure à l’épaule sans même la toucher, puis les avait téléportés tous les deux dans la taverne d’un petit village renommé pour son ambiance chaleureuse. Mais à peine avaient-ils franchi la porte d’entrée que tous les regards s’étaient braqués sur lui. La secondes d’après, il fut accueilli par une multitude de lames pointées dans sa direction. Joshua n’était parvenu à en tuer que deux avant qu’ils ne soient à nouveau téléportés.

– Je comprends que ça ne te plaise pas de porter une telle chose, murmura la magicienne sur un ton compatissant, mais personne ici ne doit savoir qui tu es.

Joshua lui lança un regard assassin avant de river les yeux sur son assiette. De nombreuses pensées se bousculaient dans son esprit sans qu’il ne parvienne à les organiser. Quelques heures plus tôt, il pensait terminer son entraînement quotidien et rentrer chez lui pour retrouver sa petite sœur, comme il le faisait depuis plusieurs années. Sa vie avait toujours été une constante, et elle lui convenait très bien ainsi. Mais tout venait de basculer.
Il y avait tout d’abord cette magie chez sa sœur qui avait récemment pris des proportions inquiétantes. Puis cette magicienne avait fait son apparition, portant à son cou le même talisman que sa mère autrefois. Son domicile n’était plus qu’un souvenir en ruine, et son impitoyable instructeur avait sans doute déjà découvert qu’il avait quitté les marais. De mémoire, personne n’y était jamais parvenu, et les rares qui s’y étaient risqués n’avaient pas eu la chance de connaître une mort rapide.

– Excusez-moi, bredouilla Chloé, intimidée à l’idée se s’adresser directement à la jeune Humaine. Pourriez-vous me dire votre nom ? Et pourquoi ne suis-je pas obligée de porter une capuche, comme mon frère ?

Joshua redressa légèrement la tête. La curiosité innocente de sa petite sœur provoquait toujours des réactions excessives chez ses semblables, et il avait dû intervenir plusieurs fois pour la protéger. Mais la magicienne n’était pas une Elfe des Marais. Elle affichait un sourire sincère et à nouveau, Joshua ressentit cette douce chaleur émaner d’elle, comme lorsqu’il l’avait vue la première fois.

– Je m’appelle Aïdelyn, et je suis enchantée de vous rencontrer tous les deux.

Elle marqua une pause, et Joshua songea qu’elle devait réfléchir à la meilleure façon de répondre à la deuxième question de sa sœur.

– Tu n’as pas besoin de porter une capuche parce que tu ressembles aux Elfes des Forêts, ajouta-t-elle finalement. On en voit beaucoup par ici. Par contre, les gens ne voient jamais d’Elfes sombres. Et c’est parce qu’ils ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas qu’ils ont attaqué ton frère tout à l’heure.

L’explication d’Aïdelyn aurait pu faire sourire Joshua si ce dernier n’avait pas oublié comment faire. Sa sœur, malgré son jeune âge, aurait été tout à fait capable d’entendre que les Elfes des Marais étaient considérés comme des ennemis à éliminer par toutes les autres races, mais il appréciait néanmoins le tact et la bienveillance de l’Humaine.
Chloé, quant à elle, semblait ravie d’avoir une nouvelle personne à qui parler. Elle posa à Aïdelyn toutes les questions qui lui traversaient l’esprit, et l’Humaine lui répondait toujours avec la même énergie, si bien que Joshua finit par se joindre à leur conversion.

– Comment as-tu pu revenir ? demanda-t-il en croisant le regard de la magicienne.

Aïdelyn esquissa un sourire, lui indiquant qu’elle avait bien compris sa question. Joshua l’avait vue mourir après lui avoir transpercé le cœur, mais il ne pouvait pas se résoudre à évoquer en détail cet événement sanglant alors que sa petite sœur commençait enfin à se sentir à son aise.

– Comme ceci, répondit-elle simplement.

D’un geste de la main, elle désigna discrètement l’entrée de la taverne. Joshua écarquilla les yeux lorsqu’il aperçut une deuxième Aïdelyn s’avancer vers le comptoir. Cette dernière s’avança et engagea une conversation animée avec le tavernier. Chloé, de son côté, regardait alternativement les deux magiciennes, les yeux grands ouverts.

– Impossible… souffla Joshua. Ton double semble avoir une conscience propre.

Le jeune Elfe ne parvenait pas à détacher son regard de cette copie plus vraie que nature. Il la regarda saluer le tavernier une dernière fois avant de finalement s’éloigner vers la sortie. La magicienne sembla alors se détendre. Une telle magie devait demander une concentration intense.

– Puis-je apprendre à faire la même chose, moi aussi ? demanda Chloé, émerveillée.

– Bien sûr que tu le peux, lui répondit Aïdelyn d’une voix douce. Et c’est précisément ce que j’allais te proposer.

Elle tendit la main vers la jeune Elfe, puis matérialisa au creux de sa paume un cercle de métal bleu nuit, à l’intérieur duquel tournoyait à toute vitesse un croissant de lune argenté.

– Voici l’Ascensia, expliqua-t-elle. Le symbole de la Grande Académie des Mages. C’est un endroit qui rassemble tous les êtres vivants souhaitant développer leur magie. Ce collier que tu portes autour de ton cou signifie que tu y as déjà une place.

Un sentiment d’inquiétude commença à naître dans le cœur de Joshua lorsqu’il remarqua la fascination de sa petite sœur pour ce talisman, comme si elle le voyait pour la toute première fois.

– Chloé ne rejoindra pas cette école, lança-t-il d’un ton sec. Je ne l’abandonnerai pas.

Aïdelyn parut décontenancée par la remarque de Joshua, mais elle s’empressa de le rassurer en faisant apparaître un deuxième talisman à côté du premier.

– Jamais il ne me serait venu à l’esprit de vous séparer, ajouta-t-elle avec le plus grand sérieux. Tu y as ta place au même titre que ta sœur.

– Mais je ne suis pas un jeteur de sorts, rétorqua le jeune Elfe. Je n’ai aucune magie à développer.

– Ça, c’est ce que tu penses…

Sans se départir de son sourire, Aïdelyn se lança alors dans un cours théorique sur les bases de la magie. Elle dégageait une telle énergie positive lorsqu’elle parlait que Joshua, malgré ses réticences, prenait un réel plaisir à écouter ses explications.
Il apprit notamment que la magie était attachée à toute chose, et que l’environnement dans lequel il évoluait était sa source d’énergie principale. Il eut cependant du mal à croire que son agilité et ses réflexes hors du commun étaient eux aussi liés à cette magie environnante. Selon lui, il ne devait son efficacité au combat qu’à l’entraînement qu’il suivait depuis son enfance.
Au bout d’une heure, il accepta cependant de réfléchir à la proposition de la magicienne. Les clients de la taverne étaient presque tous partis et Chloé, qui n’avait pas prononcé un mot depuis le début du cours improvisé, dormait paisiblement sur la table.
Aïdelyn jugea alors qu’il était temps pour eux d’aller se reposer. Elle caressa la joue de la jeune Elfe et la réveilla en douceur, puis l’accompagna à l’étage où elle avait réservé une chambre.

– Nous allons passer la nuit ici, annonça-t-elle. Installez-vous confortablement et essayez de dormir. Je vais m’assurer que tout aille bien dehors.

Sur ces mots, elle tourna les talons et sortit de la chambre en prenant soin de refermer doucement la porte derrière elle.
L’attitude de l’Humaine laissa Joshua songeur. Depuis la mort de sa mère, c’était la première fois que quelqu’un, en dehors de sa sœur, lui témoignait de l’attention. Il devait reconnaître que ça lui faisait du bien, mais cette agréable sensation s’accompagnait également d’un sentiment de faiblesse dont il ne voulait pas s’encombrer. Les liens affectifs étaient une source de souffrance inutile, et celui qu’il entretenait avec sa sœur lui suffisait amplement.

– Grand frère… murmura Chloé d’une voix à peine audible. Je ne me sens… Pas bien…

– Qu’est-ce que…

Une lueur inquiétante éclaira les yeux violets de la jeune Elfe. Au même moment, une violente averse se déclencha à l’extérieur. D’épaisses gouttes de pluies vinrent s’écraser avec force sur la fenêtre de la chambre, sous le regard inquiet de Joshua.
Ce dernier s’avança vers sa sœur pour la serrer contre lui, mais à l’instant où ses bras effleurèrent son corps, il fut brusquement propulsé en arrière et s’écrasa contre la porte de la chambre. Sonné par le choc, il essaya d’appeler Aïdelyn mais aucun son ne sortit de sa bouche.

– Grand frère… répéta Chloé avec terreur face à l’ampleur du phénomène.

La fenêtre explosa soudain, et la pluie s’engouffra à l’intérieur de la chambre. Mais elle n’avait rien de naturel. Joshua remarqua avec horreur que les gouttes convergeaient toutes dans la même direction, formant peu à peu une vague imposante qui déferla sur lui et l’enveloppa entièrement.
Il essaya de se débattre pour s’en extirper, mais le peu d’air qu’il était parvenu à stocker s’épuisait trop vite. Sa tête tourna dangereusement et il finit malgré lui par entrouvrir la bouche. Tandis que l’eau commençait déjà à s’engouffrer dans ses poumons, la porte de la chambre s’ouvrit à la volée, laissant apparaître une Aïdelyn méconnaissable.
L’aura qu’elle dégageait était d’une puissance phénoménale. D’un simple geste de la main droite, elle dissipa instantanément la prison d’eau, libérant Joshua de ce piège qui allait lui coûter la vie. Elle utilisa ensuite sa main gauche pour faire sombrer Chloé dans un profond sommeil.

– Il faut l’emmener d’urgence à l’Académie, déclara-t-elle sur un ton sans réplique. Cet excès de magie risque de la tuer.

Joshua recracha plusieurs gorgées d’eau, se releva avec difficulté, puis avança en titubant vers le corps de sa sœur.

– Faites ce que vous avez à faire, répondit-il d’une voix faible. Elle ne doit pas mourir…

D’un geste fébrile, Aïdelyn lui tendit le mystérieux talisman qu’elle avait matérialisé quelques instants plus tôt. En son centre, le croissant de lune continuait de tourner avec intensité.

– Cette Ascensia contient l’énergie magique nécessaire pour effectuer le voyage jusqu’à l’Académie, expliqua-t-elle en parlant très vite. Tu dois la serrer dans ta main et te représenter son symbole dans ton esprit. Tu as bien compris ?

Joshua acquiesça et prit l’objet au cœur de sa paume. Aïdelyn, de son côté, referma avec douceur la main de Chloé autour de sa propre Ascensia et posa les siennes au-dessus.

– Allons-y !

La jeune magicienne ferma alors les yeux. Son corps ainsi que celui de Chloé furent baignés d’une douce lumière, et toutes deux disparurent en un éclair.
Joshua resta immobile au centre de la chambre dévastée, son Ascensia au creux de sa main. Il la regarda un moment, prit une profonde inspiration puis la plaça finalement dans l’une des poches de sa tunique.

– Je suis désolé, petite sœur.

Et alors que des bruits de pas précipités commençaient à se faire entendre dans le couloir de l’auberge, suite au vacarme provoqué par la pluie, l’Elfe sombre bondit à travers la fenêtre, retomba avec souplesse sur ses jambes puis s’enfonça seul dans les profondeurs de la nuit…


 


5 réactions pour Chapitre 3 : Ascensia

  • L. W.  dit:

    Chapitre prometteur !
    Sept nouveaux personnages font leur apparition d’un coup, et ça fonctionne plutôt bien. Le conseil de la GAM me fait beaucoup penser à celui de Fairy Tail (ERA) et Alrick me rappelle d’ailleurs Jellal (avec peut-être plus de potentiel encore).
    L’évocation d’un département de recherche et d’une prophétie a un un arrière-goût de Harry Potter qui me gêne un peu, mais le point de vue d’Alrick laisse penser qu’il ne s’agit que d’un prétexte, alors je vais prendre mon mal en patience.
    Aïdelyn et Chloé semblent mise à l’écart pour un moment. Reste donc Joshua (que je n’aime pas beaucoup pour le moment) et Alrick (lui, il m’intrigue) qui semble bouger dans sa direction.
    Vos influences commencent à se dessiner à travers vos chapitres, la biographie ne sera bientôt plus nécessaire !

    • Rosaline  dit:

      Bah, il est bien évident qu’ils sont influencés par leurs lectures préalables et qu’ils ont reproduit / vont reproduire tout un tas de trucs classiques. Des prophéties par exemple, y’en a un peu partout. Faire directement le lien avec Harry Potter en particulier à cause de ce seul mot me semble un peu réducteur.

      Bien sur que va y’avoir des situations, des personnages, des pouvoirs qui vont nous rappeler des choses. Comme dans toute oeuvre de ce genre d’ailleurs. L’important c’est qu’Edengardh ait une identité propre malgré tout.

      • L. W.  dit:

        Ce n’est pas le seul mot « prophétie » qui m’a fait faire ce lien, mais son utilisation dans le cadre d’un « département de recherche ». Ça m’a évoqué le Ministère de la Magie, où des prophéties sont conservées dans le département des mystères.
        Je ne dénonce en aucun cas un manque d’identité de l’œuvre. L’heroic fantasy a ses propres codes et c’est toujours intéressant d’identifier les références des auteurs. Mais le danger est de se laisser emporter et de reproduire certains schémas déjà trop utilisés.
        Je pense qu’au fond, on désire tous être surpris par nos lectures, et j’espère simplement que ce sera le cas en parcourant Edengardh !

      • Rosaline  dit:

        Ah, j’avoue que j’avais pas fait le lien (grande fan d’Harry Potter aussi pourtant, comme tout l’monde, comme quoi, eh). Je trouve ça très rigolo aussi de faire les liens avec d’autres œuvres ^^
        Totalement d’accord pour la surprise, pour l’instant ça va je suis pas déçue 🙂

  • Arnaud Godet  dit:

    C’est très bien 🙂
    Comme le premier chapitre, il y a beaucoup de suspens, ce qui donne envie de lire la suite.
    Je suis impatient de lire ton prochain chapitre et j’aimerais que Marie desserre un peu son texte comme tu fais.

Donnez votre avis !

Vous pouvez utiliser les balises HTML et attributs suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>