Chapitre 11 : Le jour le plus court


Le village d’Altar était en ébullition.
Partout dans les rues, des artistes Humains, Nains et parfois Elfes se préparaient en vue du spectacle qu’ils allaient donner. Il ne leur restait que sept heures avant la tombée de la nuit. Sept heures avant le commencement du centième festival du Solstice d’Hiver.
De nombreuses personnalités étaient attendues pour l’occasion, mais la venue qui suscitait le plus d’enthousiasme était sans doute celle d’Aïdelyn. Comme chaque année, la directrice de la Grande Académie des Mages allait présider la cérémonie d’ouverture. La nouvelle était vite parvenue aux oreilles attentives de Joshua qui trépignait d’impatience à l’idée de se retrouver face à la magicienne.
Mais pour l’heure, le jeune Elfe des Marais avait les bras chargés de légumes.

– Je ne sens plus mes pieds, maugréa-t-il en avançant à grand-peine dans la neige.

– Tu ne t’en sors pas trop mal, pourtant, taquina Eli-Ann d’une voix amusée.

Plus de deux mois s’étaient écoulés depuis leur rencontre dans l’Erinlach, et la jeune Olm devenait chaque jour un peu plus rayonnante. Ses cheveux avaient sensiblement poussé et ses yeux révélaient une assurance jusqu’alors insoupçonnée.
Joshua, de son côté, était devenu méconnaissable. Ses cheveux, autrefois argentés, avaient contre toute attente pris une teinte bleue foncée lors d’un duel contre un sauvage des plaines. Le jeune Elfe ne pouvait toujours pas expliquer le phénomène, mais il soupçonnait fortement Alrick d’y être pour quelque chose.

– Pourquoi est-ce qu’on fait tout ça ? lança-t-il, la mine renfrognée. J’ai l’impression qu’il nous prend pour ses esclaves.

Ce n’était pas la première fois que Joshua se plaignait ouvertement de leur nouveau mode de vie. Comme à chaque fois, Eli-Ann posa sa main sur son épaule et l’aida à relativiser.

– Tu sais bien qu’il a des responsabilités dans l’Académie, dit-elle avec patience. C’est normal de participer à la vie de la maison.

– Ce n’est pas ma maison, répliqua vivement Joshua. Comment peux-tu lui faire à ce point confiance ? Aucun de ces fichus mages n’est vraiment honnête…

Eli-Ann s’arrêta brusquement et adressa à son ami un regard dur.

– Je te rappelle que je suis l’une de ces « fichues » mages, que ça te plaise ou non. Si Alrick n’était pas digne de confiance, il n’aurait jamais parlé de l’Académie, et encore moins de son appartenance au Conseil.

– A moins qu’il nous en ait parlé uniquement pour gagner notre confiance ! s’emporta l’Elfe en haussant la voix. Tu es bien trop naïve !

– Et toi, tu n’es qu’un idiot ! cria Eli-Ann avec colère.

La jeune Olm le déchargea des légumes qu’il tenait dans ses bras puis s’éloigna à grands pas sur le tapis immaculé de l’hiver.
Accablé, Joshua la regarda prendre la direction de la petite ferme qui leur servait d’abri depuis leur fuite du Dôme. Il songea un instant à la rattraper pour lui présenter des excuses, mais il n’en avait pas réellement envie. Les occasions de se retrouver seul devenaient rares, et il avait besoin de prendre du recul sur la vie qu’il menait depuis plus de deux mois.
Mais une voix étrange lui refusa ce loisir.

« L’Émissaire attristée, s’éloigne dans le froid,
Son protecteur usé, cherche encore sa voie.
Il veut fuir son destin, avant de le connaître,
Ce stupide assassin, qui voudrait ne plus l’être. »

Le cœur battant à tout rompre, Joshua fit volte-face et remarqua pour la première fois la présence d’une Naine à seulement quelques mètres de lui. Emmitouflée dans une épaisse cape en fourrure, elle était assise sur une petite chaise en bois devant la porte d’une ancienne bâtisse. Contrairement à ses semblables dont la carrure était imposante, sa silhouette était fine et elle aurait facilement pu se confondre au milieu de jeunes Humaines si sa tignasse blonde relevée en un chignon serré n’avait pas été aussi épaisse. Ses mains manipulaient avec précision deux aiguilles à tricoter, et sa technique était si bien maîtrisée que l’évolution de son travail prenait forme instantanément sous les yeux de l’Elfe. Mais le plus impressionnant était sans doute sa capacité à faire tout cela en gardant les yeux clos.

– Qu’est-ce que vous venez de dire ? demanda Joshua en s’avançant prudemment vers l’inconnue.

Comme il pouvait s’y attendre, il n’obtint aucune réponse. L’étrange Naine répétait inlassablement les mêmes mouvements avec ses mains sans lui accorder la moindre attention. Le jeune Elfe posa alors ses mains sur la garde de ses lames courbes et risqua un pas supplémentaire dans sa direction.

« Le voilà qui s’avance, tous les sens en alerte,
Avec peu d’assurance, face à sa découverte.
Sait-elle qui je suis ? doit-il se demander,
De cette prophétie, en est-elle informée ? »

Les yeux de Joshua s’écarquillèrent sous la surprise et il bondit en un éclair sur la Naine, plaquant l’une de ses lames elfiques contre sa jugulaire.

« Par les armes il répond, toujours prompt à… »

– Fermez-là ! s’exclama l’Elfe sombre, le corps parcouru de frissons.

Cette femme, indépendamment de sa petite taille, était dangereuse. Joshua n’avait aucun doute à ce sujet. Très peu de personnes connaissaient l’existence d’une prophétie concernant les Émissaires. Eli-Ann et lui avaient été mis dans la confidence par Alrick, et l’Humain avait très lourdement insisté sur l’importance de garder le secret comme si le sort du monde en dépendait. Comment une simple villageoise Naine pouvait-elle si librement fredonner une chanson à ce sujet ?

– Qui êtes-vous ? questionna brusquement Joshua.

Encore une fois, sa question se perdit dans le néant.

– Je n’hésiterai pas à vous tuer, vous savez, reprit-il d’une voix calme et menaçante. Sans le moindre remord.

Aucune réaction.

– Regardez-moi quand je vous parle ! s’emporta finalement le jeune Elfe en appuyant un peu plus sa lame contre la gorge de la Naine.

Les premières gouttes de sang commençaient à ruisseler le long de son cou lorsqu’elle consentit enfin à ouvrir les yeux, dévoilant de larges iris d’un blanc laiteux. Aussitôt, une aura bleutée entoura la petite femme. La longue écharpe qu’elle tricotait s’anima soudainement et emprisonna les bras de Joshua avant qu’il ne puisse réagir, puis elle s’enroula progressivement autour de son cou.

– Aucune patience, p’tit gars ! lança alors la Naine d’une voix forte en se redressant. T’es bien un d’ces fichus Elfes… Tu f’ras sûrement l’plus mauvais Catalyseur de l’Histoire !

Ce n’était pas la première fois que Joshua était tenu en échec, mais jamais il ne s’était senti aussi humilié. Existait-il une mort plus déshonorante que l’étranglement par une écharpe en laine tricotée par une Naine aveugle ? Avant qu’il ne puisse apporter une réponse à cette question existentielle, ses oreilles commencèrent à siffler et sa vue se troubla. L’oxygène lui manquait déjà.

– Laisse-le donc tranquille, Elorïn, ordonna alors une voix grave. Ce garçon est meilleur que tu ne le penses.

A contrecœur, la Naine ferma les yeux et libéra Joshua de son étreinte magique.

– Ça fait longtemps, Alrick… lâcha-t-elle dans un soupir en se retournant vers l’Humain. Faut-il que j’m’en prenne à tes protégés pour qu’tu daignes m’rendre visite ?

– Qu… Qu’est-ce que ça veut dire ?

Le jeune Elfe ramassa ses deux lames courbes tombées au sol, les rangea dans leur fourreau puis se plaça face à Alrick.

– Qu’est-ce ça veut dire ? répéta-t-il en fronçant les sourcils. La prophétie n’est-elle pas supposée être tenue secrète ? Tu nous as dit que nous étions les seuls à être dans la confidence, Eli-Ann et moi, et voilà qu’une… qu’une Naine en parle sans retenue dans la rue ! Pourquoi le lui avoir dit ?

– M’l’avoir dit ? intervint Elorïn en esquissant un sourire malicieux. Tu t’trompes, mon jeune ami. C’est plutôt moi qui lui ai dit !

Elle entrouvrit une nouvelle fois ses yeux et plongea son regard inquiétant dans celui de Joshua.

– J’suis l’une des trois prophétesses de l’Académie.

*****************

La première fois que Joshua s’était retrouvé chez Alrick, après s’être mis à dos tout le village d’Altar, il avait considéré la vieille bâtisse comme une ruine poussiéreuse qui pouvait au mieux servir d’abri en dernier recours. Mais après plus de deux mois de travaux, la petite maison s’était transformée en un domicile accueillant et chaleureux.
Eli-Ann, qui jusque-là n’avait jamais eu de toit véritable, consacrait tout son temps libre et son énergie à l’aménagement de la vieille demeure. La plus grande pièce comportait en son centre une table ovale munie de trois chaises dont les dossiers et les assises étaient rembourrées avec de la paille tressée. Un peu plus loin, dans un coin, une petite table rectangulaire en bois grossier servait de plan de travail pour la préparation de plats, et de larges tiroirs servaient à ranger différents ustensiles en métal.
Les deux autres pièces, plus petites, étaient de simples chambres. Eli-Ann avait tenu à ce que Joshua partage la sienne dans deux couches séparées, un choix qu’Alrick n’avait pas manqué de souligner avec de nombreux sous-entendus et autres clins d’œils appuyés en direction de l’Elfe.

Mais pour l’heure, l’atmosphère dans la pièce était particulièrement tendue. Eli-Ann était toujours en colère après Joshua. Joshua, quant à lui, était en colère après Alrick. Et Alrick, de son côté, était trop occupé à dévorer son poulet pour prêter attention aux deux autres.
L’Elfe des Marais, encore troublé par sa rencontre mouvementé avec la Naine, fut le premier à rompre le silence.

– C’est quoi, un Catalyseur ?

Une ombre furtive passa sur le visage d’Alrick qui se ressaisit presque aussitôt, ne laissant rien paraître. Lentement, il posa ses couverts et adopta une allure décontractée.

– C’est une personne, répondit-il simplement. Te souviens-tu de ce que je t’ai appris au sujet des Émissaires ?

– Contrairement aux autres mages qui puisent leur pouvoir dans l’énergie qui les entoure, les Émissaires ont leur propre réserve magique, récita Joshua. Mais je ne vois pas le rapport.

– J’y viens, dit Alrick avec une expression grave sur le visage. Les Émissaires ne sont pas seulement capables de créer leur propre magie. Ils peuvent aussi insuffler leur propre énergie dans les être vivants qui les entourent. Ces êtres vivants deviennent alors des Catalyseurs. Leur puissance est décuplée, et leur seule préoccupation est de protéger l’Émissaire, quel qu’en soit le prix à payer. Même si ça doit impliquer leur mort.

– Non…

Un bruit métallique retentit lorsque les couverts d’Eli-Ann heurtèrent le sol. Le visage de la jeune Olm était devenu pâle comme la mort, et ses yeux bruns trahissaient une expression d’effroi.

– Non… répéta-t-elle d’une voix faible. Gaarath…

– Tu n’as pas à t’en vouloir, coupa Joshua d’une voix ferme en se levant de sa chaise. C’est fini, tout ça.

Le jeune Elfe s’approcha de son amie pour la réconforter, mais cette dernière s’esquiva au dernier moment pour aller s’enfermer dans sa chambre. La porte en bois n’était cependant pas suffisamment épaisse pour étouffer ses sanglots.

– Tu aurais dû nous en parler, souffla Joshua entre ses dents en jetant un regard noir à Alrick.

– Vous ne m’aviez rien demandé…

– Ce n’est pas une raison ! hurla l’Elfe sombre en saisissant l’Humain par le col de sa chemise. Ce n’est pas la peine de nous garder ici si tu n’es pas capable d’être honnête avec nous !

D’un geste vif, Alrick referma ses doigts autour des bras de Joshua et le propulsa avec force contre l’un des murs de la vieille bâtisse qui trembla sous le choc.

– Ce pouvoir est une malédiction, déclara-t-il avec amertume. Il est impossible à contrôler. Tant qu’il restera au moins un être vivant à proximité d’elle, Eli-Ann lui insufflera malgré elle son énergie pour se protéger. Le savoir ne fera qu’accentuer sa culpabilité.

– Pas si son Catalyseur survit, répliqua Joshua en se relevant, l’air déterminé. J’ai pu rivaliser avec un membre de ton Haut-Conseil grâce à ce pouvoir…

– Mais tu ne peux pas te reposer uniquement sur ça. Si Eli-Ann ne se sent pas en danger, son pouvoir ne s’activera pas et tu devras alors compter sur tes seules aptitudes au combat. C’est pour cela que vous vous entraînez sans relâche depuis presque trois mois. Lorsqu’elle maîtrisera parfaitement ses capacités, elle n’aura plus besoin de recourir à un Catalyseur.

La logique d’Alrick était implacable, et le jeune Elfe en avait conscience. Mais il ne parvenait pas à se défaire de sa frustration. Depuis son retour à Altar, il avait assisté aux progrès spectaculaires de son amie. Eli-Ann pouvait désormais matérialiser des flammes au creux de ses mains et les expédier sur une courte portée, et elle était aussi capable d’invoquer son chaton de braises et de le garder auprès d’elle pendant plus de quatre heures. Lui-même avait bien progressé, mais il était encore très loin du niveau qu’il avait atteint lors de son duel contre Mercurios.

Joshua réalisa alors que sa méfiance envers Alrick était totalement injustifiée. L’Humain les avait sauvés des ruines puantes du Dôme, et s’était assuré de leur protection depuis ce jour. Chaque matin, il s’absentait pendant deux heures pour former les jeunes combattants de le Grande Académie des Mages au maniement des armes, puis retournait à Altar pour le déjeuner. Parfois, il prenait même le temps de demander à Aïdelyn des nouvelles de Chloé.
Parmi les différents moments de la journée, celui que le jeune Elfe préférait était sans aucun doute le milieu de l’après-midi. Alrick laissait des instructions précises à la jeune Olm sur les exercices magiques qu’elle devait accomplir en autonomie, puis se mesurait à lui dans des duels qui pouvaient s’éterniser jusqu’à la tombée de la nuit.
Finalement, l’Humain s’était comporté comme un mentor à leur égard, et seule Eli-Ann lui avait témoigné la reconnaissance qu’il méritait. Joshua s’apprêta à lui présenter des excuses lorsqu’un détail troublant surgit dans son esprit.

– Il y a quelque chose qui m’intrigue, déclara-t-il lentement. Comment se fait-il que l’une des prophétesses vive si loin de l’Académie ? Je pensais que leur protection était cruciale, et qu’elles étaient à l’abri dans le Département de Recherche.

Un sourire sans joie se dessina sur le visage d’Alrick.

– Nous le pensions aussi, jusqu’à ce que l’une des prophétesses, Oztas, se fasse enlever au sein même de l’Académie. C’est elle qui a identifié Chloé, et c’est pour cette raison qu’Aïdelyn est partie à sa recherche. D’autres personnes souhaitent mettre la main sur les Émissaires, et nous ne savons rien de leurs intentions.

Les différents éléments du puzzle s’emboîtèrent avec logique dans l’esprit de Joshua. La situation était critique.

– Si une prophétesse a disparu dans l’Académie, alors Chloé est en danger, conclut-il avec gravité.

L’Humain écarta ses inquiétudes d’un simple geste de la main.

– C’est Aïdelyn qui assure personnellement la protection de ta sœur. Tu n’as pas à t’inquiéter, elle est en sécurité.

– Pas ce soir. Aïdelyn assistera au festival d’Altar, et tout le monde le sait.

– Merde…


 


9 réactions pour Chapitre 11 : Le jour le plus court

  • Votre MJ  dit:

    Oooohh yeah ! Un cycle 1 génial, mais en lisant ce chapitre j’ai l’impression qu’il va se passer plein de choses et que c’était juste une petite introduction, une mise en contexte. Hyper prometteur pour la suite ! Vivement la semaine prochaine ! Ah bah non, je suis en retard, c’est déjà écrit…

  • L. W.  dit:

    C’est court, mais si bon !

    L’ellipse temporelle est vraiment bien placée. Presque trois mois se sont écoulés et les personnages qui jusque là étaient un peu effacés (Joshua et Eli-Ann) sont mis à l’honneur.

    – Joshua a désormais les cheveux bleus foncés, un changement sans doute nécessaire pour qu’il passe inaperçu à Altar. J’ai l’impression qu’il s’apprête de plus en plus à un Elfe des Forêts.
    – Eli-Ann a les cheveux plus longs, a gagné en assurance et, d’après mon ressenti personnel, semble même attirante.
    – Alrick a dévoilé son identité à ses deux protégés, leur a parlé de la prophétie et alterne entre la GAM et Altar.
    – Joshua et Eli-Ann se sont entraînés tous les jours et semblent avoir développé une certaine complicité (hum hum)…
    – On en sait plus sur les Émissaires et on a une explication (cohérente) du Power-Up de Joshua contre Mercurios.
    – On voit ENFIN un Nain !

    Tout ça dans un contexte hivernal et festif. Noël est dans tous les esprits, et ça se ressent. 🙂

    Merci pour ce chapitre, et joyeuses fêtes à tous ! ^-^

  • Rosaline  dit:

    « Existait-il une mort plus déshonorante que l’étranglement par une écharpe en laine tricotée par une Naine aveugle ? »

    LMAO

    A coté de ça les darwin awards c’est de la gnognotte XD

    • L. W.  dit:

      Mais ce n’est pas comptabilisé. :'(
      Je regretterais presque qu’il ait survécu.

      Merci pour ce grand moment de narration en tout cas !

      • Emmanuel Del Canto  dit:

        Je crois que si je tue un autre personnage important dans l’un de mes prochains chapitres, Marie fera exploser Edengardh au suivant. :/

      • Raphaëlle  dit:

        Ça dépend lequel … Choisis bien … ^^

  • Caroline  dit:

    Excellent ! Tu as réussi à intégrer mes alexandrins exactement comme je me l’imaginais 😀
    Ce 2nd cycle promet d’être aussi intéressant que le premier.
    Continuez comme ça (et profitez un peu des fêtes aussi ^^)
    Sinon votre défi, si vous l’acceptez : Chloé doit surprendre son frère par un talent ou un comportement insoupçonné.
    Bonne chance agent Marie 😉

    • L.W.  dit:

      J’aime beaucoup ton défi, alors je te soutiens sur celui-ci en ne proposant rien cette semaine. 😛

  • Emmanuel Del Canto  dit:

    Et voilà le chapitre, encore désolé pour le retard. :/

    Je suis revenu à une longueur de chapitre raisonnable, comme pour le début d’Edengardh.
    J’avais dans l’idée de traiter tous les points de l’histoire (la Citadelle, la GAM, Joshua & Eli-Ann, Danà…), mais je me serais trop éparpillé alors il m’a semblé plus judicieux de me concentrer sur notre trio gagnant et leur évolution.
    Caro, j’attends ta validation pour ma poésie. 😉

    A part ça, je souhaiterais d’ailleurs que Marie, si elle l’accepte, conserve le même titre pour son prochain chapitre et en fasse une deuxième partie. Disons que c’est mon petit défi de Noël !
    Une seule contrainte : l’action devra se dérouler en ce fameux jour du Solstice d’Hiver (soit le jour le plus court =p) et s’inscrire dans la continuité des événements de la première partie. Le choix des personnages reste totalement libre, il y a de quoi faire.

    Bien évidemment, j’attends également vos défis pour notre auteure préférée. Soyez vils, soyez méchants !

Donnez votre avis !

Vous pouvez utiliser les balises HTML et attributs suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>