Chapitre 13 : La Grande Académie des Mages


À quelques pas seulement, Chloé était étendue sur de froides dalles de marbre, inconsciente.
À plusieurs dizaines de lieues, Eli-Ann était en proie à une douleur qui dépassait l’entendement.
Deux Émissaires étaient en danger. Et leur Catalyseur, lui, ne pouvait rien y faire.

Joshua faisait les cent pas à l’intérieur de l’imposante salle de bal tandis qu’Alrick finissait les préparatifs nécessaires au chemin du retour. De nombreuses questions se bousculaient dans l’esprit du jeune Elfe, et il n’était pas certain de vouloir y apporter des réponses.
D’après les explications hasardeuses de l’Humain, il existait en Edengardh quatre personnes marquées par les Éléments. Ces Émissaires étaient les seuls êtres au monde capables de produire leur propre énergie magique et de matérialiser à volonté l’élément qu’ils représentaient. De grands pouvoirs impliquant de grandes responsabilités, ils étaient tout naturellement destinés à accomplir ce que personne d’autre ne pouvait assumer. La belle affaire.
Comme si ce n’était pas suffisant, les Émissaires pouvaient utiliser tout être vivant à leur disposition comme bouclier en leur insufflant inconsciemment une grande quantité d’énergie. Ceux qui avaient le malheur d’être choisis devenaient des Catalyseurs et pouvaient alors développer des compétences hors du commun jusqu’à ce qu’ils se fassent tuer. Pratique.
Et puis il y avait ceux qui, comme Joshua, n’avaient simplement pas de chance. L’Elfe des Marais, qui avait quitté sa terre natale dans l’unique but de protéger sa petite sœur, s’était retrouvé mêlé à des aventures qui le dépassaient et avait fini par devenir le Catalyseur de deux Émissaires radicalement opposés par leur élément. Il était la passerelle qui reliait le Feu et l’Eau. Ce que l’une subissait, l’autre le ressentait.

– Il y a un problème, déclara Alrick en fronçant les sourcils.

– Sans blague…

– Je ne plaisante pas, Joshua. Je n’arrive pas à nous lier à notre destination…

– Et qu’est-ce que ça veut dire ? s’impatienta le jeune Elfe.

– La téléportation est impossible, répondit l’Humain d’une voix calme en saisissant fermement sa hache à double tranchant. Nous sommes coincés dans l’Académie.

Les sens en alerte, Joshua s’empara de ses deux lames elfiques et son regard s’anima d’une étrange lueur violette. Au même moment, les portes de la grandes pièces s’ouvrirent à la volée, dévoilant un garçon blond du même âge que Chloé. En un éclair, l’Elfe des Marais bondit derrière lui et plaça l’une de ses lames contre sa gorge.
Malgré son étreinte, le petit Humain commença à se débattre avec énergie en apercevant le corps étendu sur le sol.

– Chloé ! Mais que lui avez-vous fait, bande de sa…

Le garçon écarquilla ses grands yeux marrons lorsqu’il remarqua la présence d’Alrick et retint de justesse l’insulte qui s’apprêtait à sortir de ses lèvres.

– M… Maître ? bredouilla-t-il alors d’une voix mal assurée. Que faites-vous ici ?

Joshua se détendit presque immédiatement en constatant que le nouvel arrivant ne présentait aucun danger. Il s’attendit à ce que le Maître d’Armes de la Grande Académie des Mages renvoie son élève dans son dortoir avec une belle réprimande, mais ce n’était pas vraiment le style de la maison.
Au contraire, Alrick trouva aussitôt une utilité à la présence du garçon. Il s’approcha de Chloé et la souleva avec précaution, comme s’il s’agissait d’une poupée de porcelaine. Il tendit alors le corps inconscient à son élève qui chancela sous le poids pourtant léger de la petite Elfe.

– J’ai une mission pour toi, Axel Sento, déclara-t-il avec le plus grand sérieux. Tu vas ramener ton amie dans son dortoir – même si c’est celui des filles, oui – puis tu vas immédiatement prévenir Maître Kalek de son état de santé. Est-ce bien clair ?

– Oui Maître, répondit docilement le garçon en s’éloignant avec Chloé dans les bras.

– Bien, murmura Alrick pour lui-même. L’Émissaire de l’Eau est en sécurité ici. Celle du Feu est inaccessible et on n’a pas d’autre choix que de faire confiance à Aïdelyn. L’Air se porte sûrement mieux que nous et la Terre… Ah, la Terre…

– Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? questionna Joshua qui commençait à perdre patience. Il est hors de question que je reste une minute de plus à moisir ici.

L’Humain leva les yeux vers l’Elfe sombre et esquissa un léger sourire. Il ne s’offusquait pas du manque de respect de son nouvel apprenti, bien au contraire. Taciturne les premiers jours, Joshua avait finalement choisi d’utiliser sa mauvaise humeur comme prétexte pour s’exprimer. Une solution préférable au silence dans lequel il avait l’habitude de se murer.

– Tu ne vas pas moisir ici. La nuit ne fait que commencer, crois-moi…

Comme pour appuyer les propos d’Alrick, une explosion assourdissante retentit au loin. Le vacarme qui en résulta se répandit entre les murs de l’Académie, faisant vibrer les bâtiments avec une telle intensité qu’ils menacèrent de s’écrouler. Mais leurs fondations étaient solides et ils restèrent finalement bien ancrés au sol. L’Académie elle-même organisa alors sa propre défense.
Le regard ébahi, Joshua assista depuis l’une des fenêtres de la grande salle à la plus incroyable des démonstrations de magie. Dans un harmonieux concert de sons et de lumières, de puissants enchantements défensifs épousèrent la forme des bâtiments dont ils devaient assurer la protection. De nombreux éclats lumineux jaillirent jusqu’aux multiples fenêtres de l’Académie, générant à chaque fois des mouvements de foule. Lorsqu’il aperçut au loin des jeunes initiés parcourir les couloirs dans un rang ordonné, l’Elfe des Marais comprit qu’il s’agissait d’un protocole d’évacuation. Chacune des lumières devait avoir sa propre signification.

– C’est impressionnant… souffla Joshua, captivé par le spectacle qui s’offrait à lui.

– Voici l’œuvre de Kalek, commenta Alrick en venant se placer à ses côtés. Le Seigneur de la Lumière, Second du Haut-Conseil.

Avant le Maître d’Armes, la dernière personne qui avait mentionné les numéros des membres du Haut-Conseil devant Joshua était Danà, la dangereuse Elfe des Forêts. La minute d’après, elle avait achevé l’un de ses pairs dans l’unique but de prendre sa place.
Le jeune Elfe n’avait jamais évoqué cet épisode en présence d’Alrick, et il ne savait pas si ce dernier avait été informé de la mort de Mercurios. Plusieurs fois, en revanche, il avait pris le temps d’en discuter avec Eli-Ann pour statuer sur la position du Haut-Conseil, et ils avaient tous les deux convenu qu’il ne valait mieux pas se mêler de leurs conflits politiques.

Abandonnant l’idée d’en apprendre davantage sur ce système hiérarchique, l’Elfe des Marais se concentra de nouveau sur l’instant présent. Plus bas, au centre de la cour principale, il venait d’apercevoir d’étranges créatures entièrement constituées de métal.

– Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-il d’une voix hésitante.

Alrick prit son temps avant de répondre.

– Ça, mon jeune ami… Ce sont les prémices de la guerre.

*****************

Lynrel se détendit enfin lorsqu’elle vit Joshua et Alrick quitter la salle de bal. Ces choses-là n’étaient vraiment plus de son âge.
Lentement, la Troisième du Haut-Conseil descendit du vieux fauteuil sur lequel elle s’était installée à la tombée de la nuit, puis repoussa d’un geste le rideau poussiéreux qui le dissimulait.

– Il n’est pas confortable pour un sou, ce trône, marmonna-t-elle en faisant craquer les os de son dos. Pas étonnant que les Dieux ne veuillent pas revenir…

À travers la fenêtre, les lumières des enchantements de la Grande Académie des Mages se croisaient en une myriade de couleurs vives. Si l’ennemi comptait sur l’obscurité pour parvenir à ses fins, la situation ne serait pas à son avantage.
Mais la vieille magicienne n’en avait rien à faire. L’assaut de l’Académie n’était pas une surprise pour elle, et la seule lumière qui lui importait était celle émise par la lune. L’effet de son philtre d’invisibilité avait été altéré par le pouvoir de l’astre, et l’Elfe des Marais qui accompagnait Alrick l’avait aperçue pendant une fraction de seconde.

– Quel beau cachottier tu fais, Maître d’Armes…

Après la conversation qu’elle venait d’entendre, les absences à répétition d’Alrick prirent tout leur sens. L’Humain était parvenu à trouver l’Émissaire du Feu et l’avait gardée en secret sous son aile.

– Et tu l’as finalement perdue, idiot, grogna la magicienne à voix haute.

La présence de l’Elfe, en revanche, était inattendue. Lynrel le pensait mort et enterré depuis longtemps. Alrick lui-même avait annoncé, presque trois mois plus tôt, qu’il s’en chargerait personnellement. Qu’avait-il donc en tête en l’épargnant ? Et qu’entendait-il par « Catalyseur » ? Pas une seule fois au cours de ses cent quatre-vingt douze années de vie, elle n’avait entendu ce mot. Alors comment un simple Humain qui approchait de la trentaine pouvait connaître tant de choses sur les Émissaires ?

Essayant de chasser les manigances d’Alrick de son esprit, la vieille magicienne reconsidéra son plan. Attendre l’arrivée du Maître d’Armes près de son point d’ancrage habituel avait été un choix judicieux. L’attaque soudaine de l’Académie allait servir de distraction, et la petite Émissaire de l’Eau finirait sans doute par se retrouver sans réelle protection.

Alors, à ce moment-là, elle entrerait en scène.

*****************

– Désolé, fit Alrick à l’intention d’une tête reptilienne qui roulait sur le sol. Il n’est pas comme ça, d’habitude.

Animé par son pouvoir de Catalyseur, Joshua tranchait ses ennemis à une vitesse fulgurante sans leur laisser la moindre chance de riposte. Après s’être rendu compte que ses adversaires n’avaient pas la moindre once d’humanité en eux, il s’était lancé dans une chorégraphie meurtrière, faisant tournoyer ses deux lames elfiques avec une précision extrême.
Derrière lui, les cadavres des créatures humanoïdes s’entassaient tout au long du couloir. Alrick, qui se tenait en retrait, s’arrêtait de temps à autres pour les examiner. Il n’avait pu retenir une moue de profond dégoût lorsqu’il avait vu pour la première fois une tête d’ours des montagnes sur le corps d’un Nain. La surprise passée, il avait par la suite identifié des corps d’Elfes et d’Humains mais à chaque fois, leur visage était celui d’un animal sauvage.

– Des expériences ratées, avait conclu l’Humain d’un air sombre. On les a jetées en pâture pour mesurer notre force. Ils ne savent même pas se défendre…

Son attention s’était alors portée sur les fines armures de métal que portaient les créatures. Leur consistance était bien trop fragile pour avoir une réelle efficacité dans un combat rapproché, mais leur éclat n’avait rien de naturel.
Par curiosité, il avait fait apparaître de petites flammes au bout de ses doigts et les avaient dirigées vers un morceau d’armure. Le feu s’était évanoui avant même d’entrer en contact avec le métal, et Alrick avait ainsi eu la réponse à la question qu’il se posait.
L’ennemi était immunisé à la magie.

– Comment ont-ils pu entrer dans le bâtiment ? demanda alors Joshua en essuyant sa lame contre le pelage d’un homme-loup qu’il venait d’abattre. Je pensais qu’il y avait des protections magiques, ou quelque chose dans le genre…

– C’est le cas, répondit le Maître d’Armes. Ils vont là où nous voulons qu’ils soient. Tu peux être sûr qu’aucun d’entre eux n’a croisé le chemin de nos élèves.

Le jeune Elfe avait du mal à y croire mais il s’abstint d’en faire la remarque. Toutes ses pensées étaient dirigées vers Eli-Ann. Il devait trouver un moyen de sortir de l’Académie au plus vite pour lui venir en aide. Ainsi, Chloé serait également libérée de sa souffrance. Alors, il rassemblerait les deux Émissaires pour pouvoir veiller sur elles en même temps. Il savait qu’Alrick s’y opposerait mais ne s’en formalisait pas. L’Humain n’avait pas son mot à dire. La prophétie ne le concernait en aucun cas.

Lorsqu’il aperçut des escaliers en colimaçon au bout du couloir, Joshua s’y précipita et amorça rapidement la descente pour quitter le bâtiment. Depuis l’une des fenêtres de la salle de bal, il avait remarqué la présence de plusieurs colosses de métal, de dangereux adversaires auxquels il avait hâte de se mesurer.
Une fois à l’extérieur, il lança un regard par derrière son épaule et remarqua avec satisfaction qu’il avait fini par semer Alrick. L’Humain ne lui avait été d’aucun secours depuis le début de l’assaut. Il se contentait de dépouiller les corps des créatures laissées au sol et lançait régulièrement des commentaires idiots qui contrastaient fortement avec la gravité de la situation.

– Qu’est-ce que…

Un poignard venait d’apparaître dans la poitrine de Joshua, au niveau de son cœur. Il n’avait pas entendu le sifflement de la lame. Il n’avait pas senti la morsure du métal perforant sa chair. En fait, il n’avait rien senti du tout.
Machinalement, il porta sa main droite à hauteur de sa poitrine pour se saisir de l’arme, mais ses doigts se refermèrent dans le vide. Le poignard s’était dissipé dans un nuage de fumée.

– Impressionnant, couina alors une petite voix. Penser qu’un assassin des marais puisse avoir une telle force de conviction…

Très vite, Joshua s’empara de ses lames elfiques pour faire face à ce nouvel adversaire mais déjà, de nouveaux couteaux se matérialisèrent dans les airs. Sans même lui laisser le temps de réagir, ils vinrent se planter à une vitesse surréaliste dans ses bras, ses jambes et son torse.
Mais cette fois encore, il ne ressentit pas la moindre blessure.

– Ce n’est pas comme ça qu’on fait, lança le jeune Elfe d’une voix glaciale.

Tandis qu’il s’apprêtait à riposter, un grincement strident détourna brusquement son attention. L’un des colosses de métal s’approchait dangereusement de lui. Quand il fut assez proche, Joshua reconnut un loup géant similaire à celui qu’il avait croisé dans la forêt, à la différence que celui-ci n’était pas constitué de chair. Au dernier moment, le monstre se détourna de l’Elfe et chargea le mystérieux lanceur de couteaux.
Jamais Joshua n’avait vu pareille créature. Celui qui l’avait attaqué était plus maigre et plus petit qu’un Nain, mais avait en contrepartie une tête bien plus large. Son crâne ridé était chauve et ses deux longues oreilles pointues lui donnaient l’air d’une chauve-souris. En revanche, ses grands yeux jaunes perçants brillaient d’une intelligence redoutable.
D’un simple geste de la main, l’Enfant d’Aluthéa fit apparaître un large trou noir sous les pieds du colosse. Ce dernier ne put réagir à temps et sombra dans une abîme sans fin. Un autre mouvement du poignet, et le trou se referma comme s’il n’avait jamais existé.

– Et maintenant c’est ton tour, abomination des marais !

Joshua comprit alors que le vieux mage, en dehors de l’antipathie qu’il lui inspirait, était du côté de l’Académie. C’est ce qui le poussa à intervenir lorsqu’il vit un deuxième loup de métal ouvrir la gueule derrière lui.
D’un seul bond, le jeune Elfe fondit sur la petite créature et l’attrapa par le col de sa veste avant de le projeter plus loin. Là où il se trouvait une seconde plus tôt, un rayon de flammes venait d’être projeté, réduisant en poussière les dalles de pierre qui ornaient le sol.

– Concentre-toi sur ton vrai ennemi, Papy ! lui cria Joshua, furieux.

Le vieux mage écarquilla les yeux en remarquant les yeux violets de l’Elfe.

– Serais-tu…

– Maître Vuin ! s’écrièrent alors plusieurs voix.

Une dizaine d’initiés de l’Académie accoururent auprès de leur professeur pour l’assister dans son combat. Ils préparèrent à l’unisson un puissant sortilège de foudre qu’ils expédièrent en direction du loup de métal. L’exécution était parfaite, mais le monstre n’en ressentit aucun effet.
Au contraire, cela ne fit qu’accentuer sa rage et à nouveau, il ouvrit la gueule avec l’intention d’expédier un second rayon mortel.

– Il… résiste à la magie, bafouilla l’un des élèves.

Tout se passa en un éclair. Ne laissant aucun répit au monstre, Joshua exécuta un enchaînement d’attaques fulgurantes avant de retourner à sa position initiale, ses lames rangées dans leur fourreau. Une seconde s’était écoulée et déjà, le loup s’écroulait au sol, tailladé en pièces.
L’Elfe sentit une douce folie meurtrière l’envahir tandis qu’il réalisait l’étendue de ses pouvoirs. Avec l’énergie des deux Émissaires en danger, il se sentait invulnérable.

– Il y en a trois autres qui viennent, remarqua Vuin en s’avançant d’un pas.

Une aura oppressante entoura le Cinquième du Haut-Conseil tandis que son corps changeait progressivement de forme. Sous le regard intéressé de Joshua, le vieux mage prit l’apparence d’un immense loup de métal qui faisait au moins cinq fois la taille de ses adversaires. À son tour, il ouvrit la gueule en grand et expédia un rayon d’énergie d’une puissance telle qu’il désintégra instantanément les trois adversaires en approche.
Satisfait du résultat, il reprit son apparence habituelle comme si de rien n’était et donna quelques instructions aux initiés qui s’éloignèrent aussitôt.

– Votre pouvoir… commença Joshua. Ce ne sont que des illusions, n’est-ce pas ?

Un sourire bienveillant se dessina sur les lèvres de Vuin.

– Peut-être bien, répondit-il mystérieusement. Ta sœur m’a posé la même question. Tu pourras le lui demander, si nous survivons à cela.

– J’y compte bien. Où pourrais-je me rendre utile ?

Le vieux mage sembla évaluer la situation un instant avant de répondre.

– Au Quartier des Enchantements, à l’est. Je ne ressens la présence d’aucun Maître là-bas. Tu pourrais t’assurer que tout soit en ordre…

– D’accord, j’y veillerai, acquiesça l’Elfe en s’enfonçant dans les ténèbres.

*****************

Les Jardins de l’Aurore étaient plongés dans l’obscurité. Aucune lumière ne les éclairait. Personne ne viendrait le déranger. Il y avait veillé personnellement. Cette immense étendue verdoyante, encerclée par les plus hautes tours du Quartier des Enchantements, était l’endroit idéal pour enclencher le dispositif.
Lentement, Kalek leva le bras droit. Quatre jets de lumières partirent aussitôt de sa paume. Haut dans le ciel, ils se dispersèrent aux quatre points cardinaux.

– Qu’est-ce que vous venez de faire, Maître ? demanda Axel, haletant sous l’effort.

Le Second du Haut-Conseil ne prit pas le temps de répondre. Ce gamin trop curieux commençait à lui faire perdre patience. Il avait tellement insisté pour veiller sur l’Émissaire jusqu’à son réveil que le grand mage avait finalement accepté qu’il le suive. Chloé se trouvait toujours dans ses bras, et il semblait qu’il ne la lâcherait pas avant de rendre son dernier souffle.
Songeant à regret qu’il allait devoir se débarrasser du garçon, Kalek s’engagea sur une grande allée en direction de la plus haute tour de l’Académie. Dans la salle du Haut-Conseil, il avait créé un point d’ancrage provisoire directement relié aux frontières de la Citadelle. Comme pour l’enlèvement de la prophétesse Oztas, ce plan se déroulerait à la perfection.
Et dans moins d’une heure, la Grande Académie des Mages appartiendrait au passé.

– Navré, jeune homme, lâcha-t-il dans un soupir en se retournant vers Axel. Ton chemin s’arrête ici.

– Qu… Quoi ?

Un lasso de lumière jaillit alors de la main droite de Kalek et vint s’enrouler autour du corps de Chloé. Axel essaya de retenir son amie, toujours inconsciente, mais l’emprise du Maître Enchanteur était bien trop forte et il attira l’Émissaire jusqu’à lui sans la moindre difficulté.
Le Second du Haut-Conseil tendit alors son bras gauche en direction de son élève. Sa paume vibra avec intensité tandis qu’elle se chargeait de lumière. Et lorsqu’enfin il s’apprêtait à en finir, un gros morceau de rocher vint le percuter à la tête.

– Après t’être si fermement opposé au renvoi de ce gamin médiocre, tu as désormais l’intention de le tuer ? C’est très vilain, Kalek. Très très vilain…

Le grand mage détourna brusquement son attention du garçon qui en profita pour s’éloigner. Les sens en alerte, il envoya le corps de Chloé quelques mètres plus loin et se pencha pour ramasser la projectile qui avait ouvert son arcade sourcilière. Il essuya d’un revers de sa manche le sang qui s’écoulait et scruta l’obscurité à la recherche de son agresseur.

– Voilà ce à quoi tu es réduite, Lynrel ? cracha-t-il en lançant un regard mauvais autour de lui. Lancer de vulgaires cailloux ?

Dans sa main, la pierre se mit à bouger. Une large ouverture venait de se créer en son centre.

– Qu’est-ce que t’as dit, mec ? s’offusqua le morceau de rocher. Moi, un vulgaire caillou ? J’ai une sensibilité, mec ! Et tous mes potes minéraux, c’est pareil ! On était là avant toi, mec !

Le visage empreint d’horreur, Kalek broya la roche d’une simple pression de la main. Une faible lueur pâle s’éleva alors dans les airs avant de se dissiper complètement.

– Ta magie est une abomination, gronda-t-il. Ce lieu a vraiment besoin d’être purifié de la sale engeance qui se l’est appropriée.

La vieille magicienne lui apparut alors, plus repoussante que jamais. Son corps était si courbé et ses rides si profondes qu’elle semblait sur le point de se briser.

– Pour chaque lumière que tu crées, une ombre apparaît, déclara-t-elle avec philosophie. Il n’y a pas de bonnes ni de mauvaises magies. Il n’y a que les mages qui suivent leurs convictions… Et les traîtres.

Sur ces mots, elle expédia d’un simple geste de la main une dizaine de rochers semblables au précédent en direction de Kalek. Mais cette fois, son adversaire se tenait prêt et il les réduisit en poussière sans le moindre effort.

– Un traître ? rugit-il dans un soudain excès de colère. Je suis du côté de la Lumière !

Son regard s’anima d’une lueur inquiétante lorsqu’il poursuivit.

– Vois comme ce Haut-Conseil est pitoyable. Il n’y a aucune cohésion entre ses membres, aucune complicité. Plutôt que de nous unir sous une même bannière, la directrice à préféré créer une hiérarchie en nous attribuant des numéros qui n’ont aucun sens. Cela a causé la perte de Mercurios et la disparition de Danà – à qui la vie de cellule ne sied guère, je le crains. Qui reste-t-il alors ? Alrick, qui n’a jamais révélé le moindre don pour la magie ? Toi et tes poupées impies ?

Kalek laissa échapper un long soupir.

– Il n’y a que Vuin qui puisse s’opposer à moi, mais il est bien trop occupé à protéger ses initiés.

Le Second du Haut-Conseil joignit alors ses deux mains et s’entoura d’un halo lumineux.

– Maintenant, sois jugée par la Lumière des Étoiles.

Dans le ciel, les astres de la nuit se mirent à briller avec un tel éclat qu’ils en devinrent éblouissants. L’énergie céleste déferla alors avec violence en un rayon de lumière aveuglante projeté à toute vitesse en direction de Lynrel.
Un à un, les plus grands arbres des Jardins de l’Aurore surgirent du sol et utilisèrent leurs racines pour se propulser à l’encontre du rayon. Les premiers d’entre eux furent instantanément réduits en cendres mais très vite, le puissant sortilège commença à perdre en puissance au contact des nombreux obstacles végétaux qui entravaient sa route. Il se dissipa complètement bien avant de toucher sa cible.

– À moi de m’amuser un peu.

La vieille magicienne offrit à son adversaire son plus beau sourire édenté en sortant de la poche de sa cape un petit flacon contenant une fine poudre blanche. Lentement, elle entreprit de verser son contenu tout au long de son index. Kalek, qui n’avait pas l’intention de la laisser faire, voulut l’attaquer directement mais déjà, un nouvel arbre se dressait en travers de son chemin. Impuissant, il regarda Lynrel porter son doigt sous ses narines avant d’inspirer la mystérieuse poudre d’un seul coup.
Presque aussitôt, son corps chancela dangereusement et ses yeux se voilèrent. Kalek, qui était parvenu à se débarrasser du végétal, songeait à profiter de sa faiblesse apparente pour l’attaquer une nouvelle fois lorsqu’un terrible grondement l’en dissuada. La terre trembla violemment à plusieurs reprises et à chaque fois, le grondement gagnait en puissance.

– Qu’as-tu fait, sorcière ? demanda le grand mage, en proie à l’angoisse.

Comme pour lui répondre, une immense tour se propulsa au cœur des Jardins de l’Aurore. Lorsqu’elle percuta le sol, l’onde de choc qui en résulta fit tomber Kalek à la renverse. Ce dernier se releva avec difficulté, incrédule.

– C’est impossible… Une tour entière…

Lynrel ne lui laissa aucun répit et passa à l’offensive.

*****************

En arrivant dans le Quartier des Enchantements, Joshua pensait effectuer une simple mission d’infiltration avant de retourner faire son rapport à Vuin, comme convenu. Mais en l’espace de cinq minutes, il avait vu des choses inimaginables. Tout d’abord, les étoiles avaient expédié un rayon aveuglant sur l’Académie. L’Elfe avait ensuite cru apercevoir des arbres s’élancer dans les airs pour s’opposer à ce même rayon. De violents tremblements de terre s’étaient alors manifestés et, pour couronner le tout, l’une des tours de l’Académie était sortie de terre sous ses propres yeux, sans doute pour se plonger dans la bataille.

– Je n’en peux plus de cet endroit… murmura-t-il pour lui-même en accélérant le pas.

Mais Joshua n’était pas au bout de ses surprises. Lorsqu’il arriva dans ce qui semblait être autrefois un espace naturel, toute l’ampleur du désastre prit sens sous ses yeux.
L’imposante tour fut la première chose qu’il vit. Des centaines de flèches enflammées surgissaient de ses meurtrières tandis que d’énormes rochers étaient catapultés depuis ses remparts. Et, comme si ce n’était pas suffisant, d’étranges lueurs sombres convergeaient en direction de leur cible, une créature imposante à la peau bleue et à la tête triangulaire dont la carrure pouvait vaguement faire penser à celle d’un Troll.
Lorsqu’il vit l’individu projeter de la lumière pour se protéger, le jeune Elfe en déduisit qu’il ne pouvait s’agir que de Kalek, le Second du Haut-Conseil dont Alrick lui avait parlé plus tôt. Et puisque celui-ci était chargé de la protection de Chloé, la véritable ennemie devait être son adversaire. En s’approchant d’avantage, Joshua reconnut la vieille mégère qu’il avait aperçu en arrivant dans l’Académie, assise sur le trône des Dieux.

Profitant du chaos qui régnait dans les Jardins de l’Aurore, l’Elfe des Marais se faufila discrètement derrière la vieille magicienne et sortit ses deux lames courbes. Il s’apprêtait à frapper lorsqu’il aperçut au loin le jeune élève qui avait suivi Chloé jusque dans la salle de bal. Celui-ci remuait frénétiquement la tête de droite à gauche et montrait Kalek du doigt. Pouvait-il réellement se fier au jugement de ce garçon ? Sans doute pas. Mais le corps de sa petite sœur étendu sur l’herbe, lui, suffit à le décider.
Déterminé, Joshua s’élança à toute vitesse en direction des troncs calcinés qui bordaient l’allée principale des Jardins, puis sauta par dessus avant de s’accroupir. Il les longea discrètement, lançant de temps à autres un regard sur l’incroyable affrontement qui se déroulait à quelques pas seulement de lui. Danà et Mercurios lui semblèrent soudain bien fades en comparaison du niveau de magie mobilisé par les deux duellistes.
Sans perdre une seconde, le jeune Elfe contourna l’imposante tour de pierre. La terre sous ses pieds était si instable qu’il manqua de se faire écraser à plus d’une reprise, mais l’enjeu était trop important. Chloé se trouvait un peu plus loin. Son corps était à découvert, mais sa distance par rapport à Kalek était suffisante pour rendre son sauvetage possible.

Joshua, qui avait observé le cycle d’attaque de la tour contrôlée par la vieille magicienne, bondit quelques secondes seulement avant la nouvelle salve de flèches enflammées. Il attrapa Chloé sous son bras et amorça son repli quand il entendit Kalek hurler derrière lui.

– Non ! Tu ne m’enlèveras pas l’Émissaire !

L’Elfe des Marais jeta un regard par dessus son épaule et vit le grand mage se tourner vers lui, plus menaçant que jamais. Mais à la seconde où le Seigneur de la Lumière prépara son attaque, deux flèches vinrent se planter dans sa jambe gauche, lui arrachant un grognement de douleur.

– Tu crois vraiment que tu as le temps de regarder ailleurs ? lança Lynrel d’une voix ensommeillée sous l’effet de la drogue.

Remerciant sa bonne étoile, Joshua s’éloigna en hâte des deux puissants magiciens et rejoignit le garçon dont le visage s’illumina à la vue de Chloé.

– C’était vraiment incroyable ! lança-t-il avec enthousiasme, comme s’il venait d’assister à un bon divertissement.

– Euh… Merci. Est-ce que tu sais s’il existe un moyen de quitter ce quartier sans passer devant ces deux-là ?

Le jeune élève sembla réfléchir un instant avant de plisser ses lèvres en une moue d’excuse.

– Non, répondit-il finalement. C’est la seule issue. Mais on pourrait se mettre à l’abri dans la Tour du Haut-Conseil. C’est la plus haute de l’Académie. On y verrait tout ce qu’il se passe en bas.

L’idée de s’enfermer dans un lieu clos ne plaisait pas à Joshua, mais il devait bien reconnaître que le jeune garçon faisait preuve de bon sens.

– Comment est-ce que tu t’appelles, déjà ? demanda l’Elfe.

– Axel, Monsieur.

Joshua esquissa un léger sourire. Étrangement, ce garçon qui semblait s’être lié d’amitié avec Chloé lui inspirait confiance.

– Allons-y, Axel. Je te suis.

****************

Kalek était en mauvaise posture. Sa magie sacrée était sans doute l’une des plus puissantes en ce monde, mais elle ne suffisait pas à venir à bout d’une immense tour enchantée dont l’équipement militaire était capable de repousser une petite armée. Deux flèches supplémentaires avaient transpercé son bras droit et plusieurs rochers lui avaient brisé la moitié de sa colonne vertébrale. Grâce à son pouvoir, son corps avait déjà amorcé le processus de guérison, mais le rythme de combat imposé par Lynrel finirait tôt ou tard par avoir raison de lui.

– Je suis la Gardienne des Âmes ! s’exclama la magicienne, les yeux injectés de sang. Et bientôt, la tienne m’appartiendra aussi.

– Plutôt mourir, espèce de vieille folle…

Lorsqu’une nouvelle flèche enchantée lui transperça la cuisse droite, Kalek tomba à genoux, trop affaibli pour continuer le combat. Les pupilles de Lynrel se dilatèrent sous l’excitation de la victoire et sa bouche se fendit d’un sourire cruel.

– Mais tu vas mourir ! cria-t-elle, euphorique. Écrasé par ma Tour des Âmes !

Le Second du Haut-Conseil se résigna à accepter son échec. Jamais il ne pourrait ramener l’Émissaire à la Citadelle. Pire encore, elle allait mourir comme tous les autres, noyée dans un océan de flammes. La mort que lui proposait Lynrel allait être douce en comparaison de celle qui allait bientôt s’abattre sur les magiciens de l’Académie.
Mais la Tour des Âmes ne put achever sa funeste tâche. Contre toute attente, elle se figea dans sa course et s’écroula dans un fracas assourdissant.

– Que diable…

Lynrel étouffa un hoquet de surprise en voyant ses mains s’effriter progressivement, comme si sa peau était constituée de cendres. Kalek, toujours agenouillé au sol, éclata de rire.

– Votre sort est scellé ! s’exclama-t-il. Le dispositif est enfin en place ! Il ne reste plus que quelques minutes avant que l’Enfer lui-même ne vous engloutisse.

– La magie… Elle…

– Disparue ! Vous n’en aurez plus besoin, et personne ne vous regrettera. Soyez vulnérables comme tous ceux que vous avez persécutés. Restez dignes face aux flammes purificatrices !

La vieille magicienne constata avec horreur que ses bras étaient eux aussi retournés à l’état de poussière. Depuis de nombreuses années, elle mobilisait chaque jour une énergie considérable pour préserver son corps de la décomposition. Mais l’énergie qu’elle ressentait autour d’elle était désormais inaccessible. Elle ne pouvait plus retarder l’inévitable.
Lorsque Kalek se redressa avec l’intention de poursuivre l’Émissaire de l’Eau, Lynrel l’interpella une dernière fois.

– La magie ne disparaîtra jamais, Kalek ! vociféra-t-elle. Tu as peut-être arrêté ma Tour, mais mes Âmes sont éternelles, tout comme le sera ton tourment. Allez-y, mes jolies, régalez-vous !

Et tandis que la Troisième du Haut-Conseil retournait à la poussière, le Second se mit à espérer qu’une mort rapide vienne mettre un terme à son agonie.

****************

Axel avait raison. La plus haute tour de la Grande Académie des Mages offrait une vue imprenable sur les événements qui se déroulaient dans les différents quartiers. Les lumières protectrices des enchantements s’étaient brusquement dissipées lorsque leur créateur, Kalek, avait subi l’assaut des âmes vengeresses de Lynrel. Mais la faible lueur émise par les étoiles suffisait amplement aux yeux perçants de Joshua.
Au nord, il reconnut le bâtiment par lequel il était arrivé. Les élèves les plus jeunes s’y étaient regroupés, et il semblait qu’aucun ennemi n’était parvenu à y entrer. Le Quartier Ouest, qui abritait les différentes classes destinées aux enseignements, avait été complètement détruit faute de protection. Au sud, Vuin s’était replié avec plusieurs de ses initiés en une formation défensive peu convaincante. Privé de magie, le petit groupe n’avait aucun moyen de riposter et pourtant, les cadavres des créatures aux armures de métal ne cessaient de s’empiler en un point précis.
Alrick se trouvait seul au milieu des monstres. Sa hache à double tranchant tournoyait au dessus de sa tête, découpant les ennemis avec une facilité déconcertante. À cette distance, Joshua ne pouvait pas voir l’expression de son visage, mais il était certain que le Maître d’Armes jubilait.
En revanche, personne ne semblait se soucier des immenses pétales de rose qui venaient de s’épanouir tout autour de l’Académie, la dominant de toute leur hauteur.

– On dirait que ça dégage de la chaleur, remarqua Axel avec intérêt, comme si rien au monde ne pouvait l’inquiéter.

Joshua aussi avait senti la brusque montée de température. Il lança un regard protecteur à sa petite sœur qu’il tenait toujours dans ses bras, et se demanda un instant s’ils parviendraient à s’en sortir indemnes.

– Quand ça chauffe et que ça ne s’appelle pas Eli-Ann, ça finit souvent par exploser.

Mais un autre détail venait de retenir l’attention du jeune Elfe. Au centre de l’Académie, très haut dans le ciel, lévitait une humaine entourée d’une aura exceptionnelle.
Aïdelyn.

****************

La présence de la directrice de la Grande Académie des Mages était si écrasante que les combats cessèrent à la seconde où elle apparut. Tous les regards – humains, animaux et mécaniques – convergèrent dans sa direction. Tous remarquèrent alors les pétales écarlates géants qui encerclaient l’Académie et sentirent la chaleur étouffante qui en émanait.
Quatre véritable torrents d’eau se matérialisèrent instantanément tout autour de la jeune femme et vinrent percuter la fleur avec une violence inouïe. Sans effet. Aïdelyn se risqua à utiliser une multitude de sortilèges plus impressionnants les uns que les autres, mais aucun ne parvint à endommager le dangereux dispositif.

D’un seul coup, les pétales de roses s’embrasèrent et commencèrent à se replier progressivement, comme pour engloutir l’Académie toute entière.
Alors, le corps d’Aïdelyn se mit à étinceler une dernière fois.

****************

– Arrête ça tout de suite ! hurla Alrick, hors de lui.

Il était le seul responsable de ce désastre. L’Académie n’aurait jamais été dans une telle situation si l’Émissaire de l’Eau n’y avait jamais mis les pieds. C’était lui qui avait incité Aïdelyn à partir dans les Marécages Oubliés pour la ramener. Lui qui avait séduit la belle magicienne dans l’unique but de s’attirer ses faveurs. Lui qui s’était assuré que la jeune Elfe reste sous son étroite protection pendant qu’il partait en secret à la recherche de l’Émissaire du Feu.
Et malgré tout, Aïdelyn était prête à sacrifier sa propre vie. Pas lui.

– Alrick, commença Vuin, peux-tu m’expliquer ce qu’il…

– Il n’y a rien à expliquer, coupa l’Humain d’un air menaçant en se débarrassant de son manteau orange. Il est grand temps que je prenne mes responsabilités.

Jamais encore il n’avait libéré son potentiel en présence d’autres individus. Depuis toujours, sa seule maîtrise de la hache avait suffi à le placer parmi les mages les plus puissants de l’Académie. Son attitude arrogante exaspérait tant les autres membres du Haut-Conseil que personne n’avait réellement songé qu’il puisse avoir un quelconque talent caché.
Les pétales de fleur géants empêchaient les mages de s’approprier l’énergie environnante pour en faire de la magie. Mais pour ceux qui étaient capable d’utiliser leur propre réserve d’énergie, il n’y avait aucune limite.

– Reviens parmi les tiens, murmura Alrick en dirigeant sa paume droite vers Aïdelyn.

Mais rien ne se produisit.
Quand il voulut réitérer l’expérience, le Maître d’Armes ressentit quelques picotements au niveau de son torse. Il déchira alors sa chemise d’un geste fébrile et vit un cercle lumineux se dessiner sur sa peau. Son pouvoir venait d’être scellé.

– Aïdelyn, qu’as-tu fait ?

Lorsqu’il regarda le ciel de nouveau, le corps de la magicienne s’était entièrement cristallisé et son éclat était éblouissant.

– QU’AS-TU FAIT ?

Les pétales enflammés se repliaient toujours sur eux-mêmes, prêts à engloutir définitivement la Grande Académie des Mages. Les cendres qui se répandaient dans les Quartiers commençaient à faire suffoquer les plus jeunes initiés, et la chaleur devenait insoutenable.
Mais lorsqu’ils entrèrent en contact avec Aïdelyn, le temps sembla s’arrêter.

Les flammes se figèrent instantanément, et les pétales géants ralentirent aussitôt leur progression infernale. Une fine poussière de diamant vint alors les recouvrir peu à peu. Au même moment, la silhouette de la jeune magicienne sembla rétrécir.
Par le sacrifice de son corps, Aïdelyn scellait le dispositif meurtrier.

Lorsqu’elle disparut complètement, huit majestueux pétales de cristal recouvraient l’Académie à la manière d’un dôme. Un seul regard vers le ciel suffisait à comprendre que l’âme de la directrice habitait l’œuvre somptueuse qu’elle avait laissée derrière elle.

– Alrick, risqua Vuin d’une petite voix, encore sous le choc. Qu’est-ce que…

La véritable explosion retentit lorsque le sceau qui entravait L’Humain se brisa. La terre trembla avec force sous ses pieds tandis qu’il se retournait en direction des adversaires encore vivants. Ces derniers n’eurent pas le temps de comprendre ce qui leur arriva.
Des dizaines d’aiguilles de roche surgirent du sol et transpercèrent en plein cœur chacune des créatures génétiquement modifiées. Des lianes hérissées de pointes s’enroulèrent autour des machines et les broyèrent sans ménagement.
En moins d’une minute, l’Académie fut débarrassée de la quasi-totalité de ses ennemis.

– Tu en as oublié un, lança Joshua d’un ton amer.

L’Elfe des Marais poussa brutalement Kalek devant lui. Le Second du Conseil tomba à genoux devant Alrick, l’air pitoyable. Les âmes de Lynrel l’avaient plongé dans une douloureuse léthargie.

– C’est à lui que l’on doit cette jolie fleur, ajouta-t-il en désignant le ciel. Le traître de l’Académie.

Derrière Joshua, Axel et Chloé pleuraient en silence la perte de leur directrice. La jeune Émissaire de l’Eau avait repris connaissance juste avant son sacrifice. La profonde détresse du Maître d’Armes l’avait brutalement ramenée à la réalité.

– Kalek…

Une ombre passa sur le visage d’Alrick. L’aura qu’il dégageait en cet instant était si terrifiante que le Second du Haut-Conseil blêmit en le voyant approcher. Terrifié, il se jeta à ses pieds en débitant une série de mots incompréhensibles.
Imperturbable, l’Humain empoigna fermement sa hache à double tranchant. Il attendit que Chloé ferme les yeux, puis fendit le crâne du traître en deux.

Au cœur de la Grande Académie des Mages, le pouvoir de l’Émissaire de la Terre venait de se déchaîner.


 


16 réactions pour Chapitre 13 : La Grande Académie des Mages

  • Votre MJ  dit:

    Grand Dieu ! Quel chapitre ! 😮

    Petit moment qui m’a fait sourire :
    « Après s’être rendu compte que ses adversaires n’avaient pas la moindre once d’humanité en eux, il s’était lancé dans une chorégraphie meurtrière » -> il viendrait pas d’Omyre par hasard ? :p

  • Jonathan B.  dit:

    Salut !
    Tout d’abord je voudrai dire que ce chapitre m’a plus. Ça savate, ça pète de partout. Cette bataille pleine de son et lumière en mode Jean-Michel Jarre est trépidante. Ça permet par la même occasion de faire le tri dans les personnages (j’me pommais totalement dans leur profusion). C’est plutôt cool.
    Cependant, deux trois trucs me chifonnent. Tout d’abord, j’ai trouvé ça un brin trop succin. Certes, c’est la guerre mon général. Le contexte et la confusion font que tout va très vite mais vu le côté très épique de la bataille, j’aurai aimé que ce trait soit encore plus prononcé. Question de goût sans doute. De plus, j’ai été un peu déçu par la « faiblesse » d’Aïdelyn. C’est censé être la big boss des mages et elle est obligé de se sacrifier pour quatre « pauvre » lava roses. Comparé à Kalek qui balance des espèces de Starfire sorti de nulle part (si, des étoiles. Je sais !) et « Mamiequisnifdelacokepourêtrepowerful » qui anime carrément une tour entière et qui balance des esprits, j’ai trouvé que les pouvoirs d’Aïdelyn était en dessous. J’attend de voir ce qu’elle a dans le bide à partir du monde des esprits. De plus, j’ai pas bien compris pourquoi la vieille Lynrel venait tataner Kalek. Par vengeance ? Par haine ? Autre chose ? J’imagine que ce sera expliqué par la suite.
    Mais, comme dit précédemment, j’ai tout de même beaucoup aimé ce chapitre. Mention spéciale au cailloux de Lynrel qui cause comme les trolls du lore warcraft 🙂 et à Joshua qui se transforme en un blademaster totalement fumé qui déboîte tout ce qui passe sans une goutelette de sueur. Ce petit me plaît bien (mais le transformai pas en Legolas du Hobbit par pitié !) 🙂

    • Emmanuel Del Canto  dit:

      Salut Jonathan, merci pour ta critique ! :p

      Je suis entièrement d’accord avec toi sur le premier point : c’est beaucoup trop succinct pour refléter toute l’ampleur du phénomène. Mais par souci d’homogénéité entre les chapitres, je me suis limité à douze pages (ce qui est déjà trop par rapport à la moyenne). J’ai donc préféré m’attacher aux points de vue de quelques personnages seulement lors des principaux événements de la bataille. Je comprends ta frustration.
      Aïdelyn est (était ?) bel et bien la plus grande magicienne d’Edengardh (ou pas, remarque), et à mon sens, son sacrifice ne révèle pas sa faiblesse mais au contraire la puissance de frappe de la Citadelle. On sait qu’ils sont capables de neutraliser la magie, mais on ne connaît pas encore les limites de leur technologie.
      Concernant Lynrel et ce qui l’a poussé à s’en prendre à Kalek… Wait & see !

      Je n’avais pas les Trolls de Warcraft en tête au moment de la réplique du caillou mais ça m’a peut-être inspiré inconsciemment. Pouw la Howde, mec !
      Et enfin, ne t’inquiète pas pour Joshua. Si une jolie Elfe lui tape dans l’œil, il ne se la fera pas piquer par un Nain. Faut pas déconner non plus. :/

      Encore merci pour ton commentaire, et content que tu aies apprécié le chapitre !

  • Marie-Ange  dit:

    Bravo Frérot 😉 t’as vu j’ai rattrapé mon retard de lecture et j’ai adoré ! Ce chapitre est très intense et on languit la suite mais surtout faites pas mourir Alrick, il a trop de potentiel. A très vite pour le chapitre 14 🙂

  • L. W.  dit:

    Zut, je n’ai pas pu proposer un défi à temps cette semaine (même Danà (Rosaline ? ^-^) a eu plus de facilités que moi à se connecter en Edengardh)… 🙁

    Sinon, le mot a été lâché : impressionnant.
    Le duel Lynrel/Kalek est épique. Le défi était loufoque mais tu as su l’intégrer de manière intelligente. Un gros WTF? pour le caillou qui parle et qui montre une facette intéressante du pouvoir des âmes.
    Et ce final envoie du rêve…

    /!\ATTENTION SPOIL/!\

    Après, sacrifier autant de personnages charismatiques est quand même risqué.
    Les pouvoirs du Haut-Conseil étaient vraiment bien trouvés et Aïdelyn était sans doute très appréciée (en tout cas, j’aimais beaucoup ce personnage à la fois incroyablement puissant et si humble).
    La compétition est lancée : 4,5 morts pour Emmanuel (oui, le chat aussi était un être vivant !) contre 2 pour Marie (je ne compte pas le génocide du Dôme).
    Il n’en restera qu’un… Ahem.

    Et pour le personnage de Karine, lauréate du concours de Noël, je dirais qu’il s’agit du jeune Axel. Je gagne quoi si j’ai bon ? 😛

    • Raphaëlle  dit:

      C’est bien lui ^^
      Que veux-tu : une carte pokémon ? Une VHS du Roi Lion ? Mon ancienne collection de pogs (+ un kini, mais ça c’est cadeau) ? Une soirée aux chandelles avec Alrick (j’ai entendu dire que son ancienne meuf l’avait lâché)? Le jeu vidéo d’Edengardh quand il sortira, puisqu’Emmanuel semble le préparer activement au vu de ce chapitre ?
      … Que je me dépêche un peu de sortir le chapitre 14, ça pourrait être bien aussi (OK ! J’y retourne !) :p

      • L. W.  dit:

        Je crois que je vais prendre la carte pokémon. Mon dernier magnétoscope est cassé, j’ai toujours été nulle aux pogs et comme deux dominants ne font pas bon ménage dans un couple, je dois décliner – à regrets – l’invitation d’Alrick.
        Plus sérieusement, je veux bien préparer des questions sous forme d’interview pour votre rubrique « Qui sommes-nous ? ». J’ai le droit ? ^-^

      • Emmanuel Del Canto  dit:

        Oui, tu as le droit.

        Et quand Edengardh entrera en bourse, tu pourras même acheter des actions si tu veux !

  • Emmanuel Del Canto  dit:

    J’ai finalement décidé de retenir le défi de Karine : revoir notre chère amie Danà, désormais Seconde du Haut-Conseil par la force des choses.

    Je crois qu’on a assez eu de morts pour le moment, inutile d’en rajouter en plus à travers les défis. :p

  • Caroline  dit:

    Excellent chapitre !
    Enfin nous en savons plus sur Alrick. Ce serait dommage de le tuer maintenant 😉
    Pour le prochain chapitre mon defi est que l’un des personnages se fasse passer pour le sexe opposé ( donc une fille si c’est un homme et vice versa). Bonne chance 🙂

  • Karine S.  dit:

    Super chapitre, et que de rebondissements ^^
    Je ne suis pas d’accord sur une éventuelle mort à venir d’Alrick 🙁
    Sinon pour le défi je propose qu’on revoit notre chère amie Danà (vu qu’elle est apparement vivante dans les commentaires) 🙂

  • Léna  dit:

    A la rescousse d’Alrick! Pour le conserver encore un peu, je vais jouer les bonnes fées marraines, et apaiser le sort en proposant qu’un des personnages (pourquoi pas ce cher Alrick!) tombe dans le coma (ou autre chose du genre) pour une durée indéterminée. Comme ça, il est hors service, mais pas trop définitivement :p
    *Le service d’adoucissement de peines du château au bois dormant vous remercie pour votre compréhension*

  • Danà, Deuxième du Haut-Conseil  dit:

    Salut !

    C’est un putain de bordel pour trouver du wifi en Edengardh j’vous explique même pas. Je tenais à remercier Manu pour avoir eu la délicatesse d’avoir cité mon nom pour la première fois depuis début décembre et le chapitre 9 (ça fait un bail).

    Sinon franchement bravo c’est définitivement le meilleur chapitre de toute l’histoire de la littérature !

    Mon défi pour Marie : mettre en scène la mort de ce petit cachottier d’Alrick.

    • Emmanuel Del Canto  dit:

      Je t’en prie Danà, je n’allais tout de même pas te laisser tomber dans l’oubli !

      Pour ce qui est du meilleur chapitre de l’histoire de la littérature, c’est peut être un peu surévalué tout ça. :p
      Mais content que ce chapitre te plaise. 😉

  • Raphaëlle  dit:

    « Tout se passa en un éclair. Ne laissant aucun répit au monstre, Joshua exécuta un enchaînement d’attaques fulgurantes avant de retourner à sa position initiale » -> Je crois que sa barre de furie était complète ^^
    Non, sans rire, ce nouveau chapitre est impressionnant, pas étonnant que tu te sois arraché les cheveux 🙂 Je vais avoir du mal à reprendre après ça, la barre est placée très haut 😉

    • Emmanuel Del Canto  dit:

      Il a activé son « Overdrive » ! :p
      Merci pour ces compliments, ton avis compte beaucoup.
      Je ne doute pas que tu sauras placer la barre toujours plus haut, chaque chapitre semble meilleur que le précédent !

Donnez votre avis !

Vous pouvez utiliser les balises HTML et attributs suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>