Chapitre 29 : Le Dernier Visage


– Il te reste moins d’une minute, gamin.

Joshua serra les dents et toisa l’Elfe des Forêts qui se tenait à ses côtés.
Après qu’Oztas lui eût révélé le contenu de sa vision, il avait tenu à mettre le plus de distance possible entre ses amis et lui. Ses pensées se bousculaient dans sa tête, le rendant plus vulnérable qu’il ne l’avait jamais été. Aussi s’était-il imaginé, à tort, que participer à l’effort de guerre apaiserait ses tourments.
Son objectif était pourtant simple. Il devait se rendre à plusieurs points stratégiques où avaient été tracées des runes de protection et y insuffler une faible quantité de magie. Pour le soutenir dans cette mission, une gardienne de l’Eryngûr lui avait été affectée comme garde du corps. Elle s’était révélée efficace à plusieurs reprises, tailladant avec habileté les Dévoreurs qui leur avaient bloqué la route, mais ses commentaires désobligeants commençaient à faire resurgir le ressentiment qu’il avait enfoui au plus profond de lui.

Eli-Ann l’avait trahi, et il n’était pas prêt à lui pardonner. Il ressentait le besoin d’hurler de toutes ses forces. De libérer toute sa puissance magique jusqu’à l’épuisement. De fermer les yeux et d’attendre que tout s’arrête.
Mais pour l’heure, il devait simplement faire ce qu’on attendait de lui. Recharger cette rune offrirait aux défenseurs de la forêt un précieux instant de répit pour panser leurs plaies et récupérer leur énergie.

– Ce sera suffisant, annonça la gardienne d’un ton sec après quelques secondes. Dégageons d’ici.

L’Elfe des Marais interrompit sa canalisation magique et regarda d’un air absent ses arcs électriques s’évanouir dans les airs.
Quelque part à quelques lieues d’ici, Chloé se trouvait en présence d’Alrick ainsi que de l’Émissaire de l’Air dont il ignorait tout. Il ne manquait plus qu’Eli-Ann pour que les quatre Éléments soient réunis et ouvrent la voie aux Dieux vengeurs. C’est en tout cas ce qu’affirmait Garuda, l’Originel de la Vie. Et parce que ce dernier lui avait sauvé la vie quelques heures plus tôt, il était bien tenté de le croire.

– Tu es sourd ? cracha l’Elfe des Forêts à son adresse. On doit par…

Une énergie bleutée zébrée d’éclairs parcourait encore les mains de Joshua lorsqu’il consentit à les abaisser, le visage assombri par le regret. Il n’avait pas tué la gardienne de l’Eryngûr, mais il savait pertinemment qu’elle ne survivrait pas très longtemps s’il la laissait là, évanouie sur le sol.

– Désolé, lâcha-t-il amèrement avant de faire volte-face.

Lorsqu’il avait quitté les Marécages Oubliés, le jeune Elfe des Marais n’était qu’un assassin. Et c’est en simple assassin qu’il voulait en finir une fois pour toutes.
Car il savait pertinemment où aller, à présent.
Le Dernier Visage l’attendait.

*****************

Sa lourde hache en main, Alrick tranchait inlassablement les branches d’arbres calcinées qui lui barraient la route. Il progressait vite, ne s’arrêtant que pour choisir la prochaine direction à prendre. Derrière lui, Rose et Chloé pressaient le pas, s’échangeant de temps à autres des regards inquiets sans pour autant interrompre le silence de plomb qui s’était imposé depuis l’atterrissage de la bulle. L’Émissaire de la Terre avait ordonné à Oztas et Axel de rester en retrait et de se mettre à l’abri avec les autres réfugiés, puis s’était précipité dans la bataille en s’assurant que les deux autres Éléments restent en permanence auprès de lui.

– Je vais m’enfuir, murmura Chloé à l’adresse de sa mère.

Les lèvres de Rose s’étirèrent en un sourire compréhensif et elle acquiesça d’un léger signe de tête.

– Je sais, répondit simplement l’Émissaire en abaissant sa voix à un chuchotement à peine audible. Retrouve ton frère, et reste près de lui. Son sort m’importe bien plus que celui d’Aïdelyn.

La petite Elfe lui rendit son sourire et ferma brièvement les yeux. Les nuages obscurcirent le ciel presque instantanément et une fine pluie commença à s’abattre sur le sol. Alrick, obnubilé par le désir de retrouver sa bien-aimée, ne prêta aucune attention à ce changement climatique inhabituel. Rose continua à le suivre comme si de rien n’était, couvrant sa fille qui commençait à ralentir le pas. La pluie s’intensifia progressivement, renforcée par un vent tourbillonnant, et Chloé en profita finalement pour rebrousser chemin dans une course effrénée.
Lorsque Alrick se retourna enfin, la jeune Émissaire de l’Eau était déjà loin.

– Mais à quoi est-ce que tu joues ? hurla-t-il à l’adresse de Rose. On a besoin d’elle pour libérer Aïdelyn !

L’ancienne prophétesse haussa simplement les épaules, relevant une mèche de cheveux détrempée d’un revers de la main.

– Elle s’inquiète pour son frère, déclara-t-elle calmement. N’oublie pas que Joshua est aussi son Catalyseur. Et si elle le trouve…

Rose fit une moue malicieuse, laissant Alrick à sa réflexion.

– Elle trouve Eli-Ann, acheva-t-il d’un air triomphant en comprenant où elle voulait en venir. Tu es vraiment de mon côté, alors ?

L’Émissaire de l’Air s’avança vers lui et l’enlaça avec douceur.

– Je l’ai toujours été, souffla-t-elle. Ça ne changera jamais.

Alrick prolongea l’étreinte, conscient que cet amour qu’il ne partageait pas le rapprochait un peu plus de son objectif. Avec Rose à ses côté, aucun obstacle ne pourrait entraver sa progression. Le pouvoir combiné de l’Air et de la Terre était bien trop puissant, et aucun être en ce monde – mortel ou immortel – ne pouvait espérer en venir à bout.
Aussi, l’Elfe des Marais qui leur bloquait la route n’avait aucune chance.

*****************

D’un rapide coup d’œil, Joshua évalua la qualité du terrain et se renfrogna presque aussitôt. La végétation y était trop rare pour qu’il puisse en tirer un quelconque avantage. S’il voulait lancer l’assaut, il allait devoir attaquer de front. Mais face à la maîtrise incontestable du Maître d’Armes dans ce domaine, c’était perdu d’avance. Et c’était sans compter la présence de cette femme qu’il identifia naturellement comme l’Émissaire de l’Air.
En le remarquant, Alrick abaissa légèrement sa hache à double tranchant et avança prudemment vers lui.

– Dieu merci, fit-il en esquissant un sourire forcé. Tu es toujours en vie.

Le jeune Elfe posa lentement ses mains sur la garde de ses lames elfiques.

– Aucun Dieu n’y est pour rien, répliqua-t-il sans quitter l’Émissaire des yeux. Qui est cette femme ?

Rose s’avança à son tour pour intervenir, mais Alrick répondit à sa place.

– C’est une très longue histoire. Dis moi simplement où est Eli-Ann, qu’on en finisse.

Cette fois, Joshua sortit ses armes de leur fourreau et fit un pas en avant.

– Vous ne finirez rien du tout, tous les deux, déclara-t-il d’une voix glaciale. Eli-Ann n’a aucune envie de voir déferler vos Dieux sur le monde. Et pour être honnête, je n’en ai pas très envie moi non plus.

D’un geste brusque, Alrick enfonça lourdement sa hache dans la terre, provoquant une légère secousse qui se répandit comme une vague tout autour de lui.

– Ne parle pas de choses que tu ignores ! gronda-t-il d’une voix puissante, le regard empreint de folie. Eli-Ann nous permettra de ramener Aïdelyn, puis de guérir ce monde une fois pour toutes ! Et s’il faut réduire cette forêt en cendres pour retrouver l’Émissaire du Feu, qu’il en soit ainsi…

– Tu es complètement cinglé, souffla Joshua en concentrant son énergie à l’intérieur de ses lames.

Mais déjà, le Maître d’Armes ne l’écoutait plus. Il tendit la main devant lui et fit surgir du sol une immense racine recouverte de ronces et l’expédia en direction du jeune Elfe des Marais qui bondit au dernier moment pour l’esquiver. Mais le végétal, habilement guidé par son créateur, changea brusquement de direction pour prendre en chasse sa proie. Joshua l’esquiva à chaque fois, mais il dut pour cela mobiliser toute son attention. Il lui fallait rapidement trouver une solution pour contre-attaquer, car les premiers signes de fatigue commençaient à se faire ressentir.
Alors qu’il roulait au sol pour ce qui semblait être la dixième fois, il remarqua que l’Émissaire de l’Air n’avait encore rien tenté. Cette dernière se tenait parfaitement immobile et observait la scène de loin, comme si son intervention n’était pas nécessaire compte tenu de l’écart considérable de puissance qui séparait l’Humain de l’Elfe.

Vexé par ce manque de considération, l’assassin des Marais s’élança à toute vitesse en direction de cette étrange femme, ses lames elfiques pointées en avant. Prise de court, cette dernière parvint à l’esquiver de justesse mais fut percutée de plein fouet par la racine dont les piquants lui lacérèrent la cuisse. Étouffant un cri de douleur, l’Émissaire de l’Air matérialisa presque instantanément une tornade d’une taille impressionnante qui repoussa le végétal comme s’il ne s’agissait que d’un vulgaire déchet.
Le jeune Elfe, en revanche, fut aspiré par le tourbillon et le monde sembla basculer autour de lui.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, une vive douleur au niveau de la cuisse le fit poser un genou à terre. Mais il en fit rapidement abstraction lorsqu’il aperçut son corps quelques mètres plus loin, debout en position de combat. Cette désagréable impression de déjà-vu l’incita à examiner brièvement ses mains, et il comprit avec horreur ce qui venait de se produire. L’Émissaire de l’Air avait échangé son corps avec le sien et faisait désormais face à Alrick avec une expression farouche sur le visage.

– Rose… murmura Joshua pour lui-même.

D’instinct, il essaya d’intervenir pour lui porter secours mais fut incapable d’esquisser le moindre mouvement. Au moment de l’échange, la prophétesse avait sans doute scellé son propre corps pour éviter d’éveiller les soupçons. Le plan avait été exécuté à la perfection, car le Maître d’Armes n’avait rien remarqué, mais Joshua ne comprenait pas ses réelles motivations. Seule contre Alrick et avec son faible potentiel magique, Rose n’avait absolument aucune chance.

– Je t’aime bien Joshua, lâcha l’Émissaire de la Terre dans un souffle rauque en faisant tournoyer sa hache au dessus de sa tête. Je ne sais pas ce que ces Elfes t’ont mis dans le crâne, mais tu dois me faire confiance. N’ai-je pas été un bon instructeur pour toi, jusqu’à présent ?

Rose fit s’entrechoquer ses deux lames elfiques et projeta un puissant éclair en direction d’Alrick. Ce dernier abaissa son arme au dernier moment pour le faire dévier.

– Quand quelqu’un cherche à me tuer, répliqua-t-elle avec le ton désinvolte de son fils, j’ai tendance à ne plus écouter ses conseils.

Galvanisée par le pouvoir de Catalyseur qu’elle venait de s’approprier, elle s’élança à une vitesse fulgurante sur l’Émissaire de la Terre et parvint à lui entailler légèrement la joue. A peine eut-elle rebondi sur le sol qu’elle s’élança à nouveau, prête à tuer. Joshua, qui observait le spectacle en silence, se demanda comment une femme qu’il connaissait à peine pouvait utiliser son corps avec une telle précision.
Alrick tenait d’esquiver les multiples assauts de son adversaire, mais son manque d’agilité constituait sa principale faiblesse. A chaque fois que la prophétesse lançait un assaut, elle réussissait au moins à l’érafler et très vite, le sang se mettait à perler sur les multiples blessures qu’elle lui infligeait.
Et quand elle trouva enfin une ouverture pour placer une attaque décisive, Joshua comprit trop tard qu’Alrick avait toujours eu un coup d’avance sur son adversaire. Lorsque Rose bondit sur lui, certaine de pouvoir l’atteindre, le Maître d’Armes concentra la gravité autour d’un point précis sur le sol, juste devant lui. La prophétesse fut brusquement attirée face contre terre, lâchant ses lames elfiques sous le choc.

 – C’en est assez, déclara l’Émissaire de la Terre dont le visage était maculé de sang. Dis-moi où se cache Eli-Ann, maintenant. Je n’ai pas envie de tuer un ami.

Sur ces mots, il poussa du pied le corps de Joshua de manière à le retourner face à lui, puis se pencha au dessus de lui.

– Alors, reprit-il avec une lueur démentielle dans le regard. Où est-elle cachée ?

Rose sembla vouloir dire quelque chose, mais elle ne parvint qu’à articuler des mots dénués de sens.

– Tu verras… Tes yeux…

Agacé, Alrick posa un genou à terre et approcha son visage de celui du jeune Elfe.

– Qu’est-ce que tu marmonnes ? cracha-t-il en secouant brutalement son corps.

De loin, Joshua vit la prophétesse tendre ses doigts en direction du Maître d’Armes.

– Tu ne la verras pas de tes yeux, espèce d’enfoiré.

Une salve d’éclairs atteignit l’Émissaire de la Terre au visage, lui arrachant un hurlement à glacer le sang. Ce dernier empoigna fermement sa hache à double tranchant, la fit tournoyer une dernière fois avant de l’abattre sur son adversaire.
Juste avant l’impact meurtrier, Joshua sentit brusquement son enveloppe corporelle le quitter avant de retrouver son corps d’origine. Il chancela un instant et dut fermer les yeux pour retrouver son équilibre. Mais lorsque enfin il se résigna à les ouvrir de nouveau, ce qu’il vit lui retourna l’estomac.
Devant lui, là où se trouvait son corps quelques secondes plus tôt, Rose gisait sur le sol, la hache d’Alrick profondément fichée dans sa poitrine. Le jeune Elfe observa la scène en silence, le cœur étrangement serré, comme s’il venait de perdre un être cher. La prophétesse venait de lui sauver la vie, et jamais plus il n’aurait l’occasion de lui rendre la pareille. Au mieux, il pouvait faire en sorte que son sacrifice ne soit pas vain.

Sourd aux cris de douleur de l’Émissaire de la Terre, Joshua s’avança prudemment pour ramasser ses lames elfiques et referma avec force ses doigts autour de leur garde. En l’entendant approcher, Alrick se retourna brusquement, laissant apparaître des yeux d’un blanc laiteux et un visage déformé par la fureur.

– Pourquoi n’es-tu pas intervenue plus tôt, Rose ? hurla-t-il. Avais-tu donc autant de scrupules à éliminer ton traître de fils ?

L’Elfe des Marais demeura interdit, ses pensées se bousculant dans son esprit.
Rose ne pouvait pas être sa mère. C’était impossible. Et pourtant, la manière dont le Maître d’Armes s’était exprimé ne laissait planer aucun doute
Le pouvoir de Rose – Rozen, en réalité – lui permettait d’échanger son apparence avec celle de n’importe qui d’autre. C’était sans doute la raison pour laquelle Chloé ne ressemblait pas du tout à son frère. La prophétesse avait été Elfe des Marais avant la naissance de Joshua, puis était devenue Elfe des Forêts par la suite. Lorsque sa vie avait été menacée, elle avait volé l’apparence de son agresseur, la même qu’elle avait lors de leurs retrouvailles dans l’ancienne Académie. Dans l’esprit de Joshua, tout devenait plus clair.
Mais pour le jeune Elfe, apprendre que sa mère était vivante juste après l’avoir vue mourir était insupportable.

– Tu ne retrouveras jamais Aïdelyn, souffla-t-il avec mépris.

Alrick fit un pas en arrière, accueillant les paroles de Joshua comme un coup de poing.

– Toi ? Mais alors, j’ai tué…

– Tu as tué un Élément, acheva l’Elfe d’une voix blanche. Et maintenant, c’est moi qui vais te tuer.

Joshua sentit ses paumes vibrer avec intensité lorsqu’il rassembla toute son énergie magique. Mais lorsqu’il voulut asséner le coup de grâce à l’Émissaire de la Terre, il y eut un bruit semblable à une détonation, suivi d’une vague de lumière blanche qui les propulsa tous les deux en arrière. L’Elfe des Marais se redressa presque aussitôt, déterminé à en finir avec la folie d’Alrick, mais ce qu’il vit le figea.
Là où se trouvait Rose quelques instants plutôt, une immense colonne d’énergie pure s’élevait vers les cieux à perte de vue, éclairant le ciel comme en plein jour et donnant à l’Eryngûr un aspect terrifiant. Non loin de là, Joshua remarqua la présence de la faille qui fracturait Edengardh de part en part et s’en éloigna instinctivement. Si l’Émissaire de la Terre était hors d’état de nuire, les Dévoreurs et les Ombres représentaient toujours un danger considérable pour les êtres vivants qui s’en approchaient.

– Grand Frère !

Le jeune Elfe se retourna et aperçut sa petite sœur courir vers lui. Ignorant délibérément l’Émissaire de la Terre, il courut à sa rencontre et l’étreignit avec douceur, soulagé de la retrouver en bonne santé. Derrière elle, Eli-Ann et An-Guë, qui semblaient avoir survécu à des combats difficiles, fermaient la marche d’un air maussade.

– On voulait garder nos distances, dit l’Olm d’un ton qu’elle voulait détaché, mais Chloé est arrivée et nous avons senti des fluctuations dans la magie des Éléments.

– Et puis il y a eu ce faisceau d’énergie, reprit l’Émissaire de l’eau d’une voix cassée. C’est Maman, n’est-ce pas ?

Incapable de répondre, Joshua resserra un peu plus son étreinte et posa ses lèvres sur les cheveux de sa sœur.

– Si les quatre Émissaires ne peuvent plus être réunis, risqua An-Guë, alors les Dieux ne pourront pas revenir avant une bonne décennie. C’est déjà ça de gagné, non ?

L’Elfe des Marais acquiesça en silence, puis lança un dernier regard en direction du corps de sa mère.

– Ne restons pas ici, déclara-t-il finalement d’un air sombre.

Les quatre amis s’apprêtaient à rebrousser chemin lorsqu’une imposante muraille de pierre s’éleva devant eux, leur bloquant le passage. Lorsqu’ils se retournèrent, ils virent Alrick s’avancer vers eux d’un pas chancelant.

– Vous n’irez nulle part, souffla-t-il d’une voix rauque. Le processus est déjà enclenché, et il n’y a pas de retour possible.

Comme en écho à ses paroles, Eli-Ann et Chloé joignirent en même temps leurs mains au niveau de leur poitrine.
Tout autour d’elles, une lueur inquiétante irradiait de leur corps…


 


Donnez votre avis !

Vous pouvez utiliser les balises HTML et attributs suivants : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>